:: Le Monde des Humains :: Terre :: Carlisle Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

A celui qui la trouvera... [EVENT]

avatar
Messages : 31
Date d'inscription : 18/03/2014
Age : 24
Lieutenant de la Colère
Voir le profil de l'utilisateur




Asura
Lieutenant de la Colère
Mar 1 Juil - 21:27
Je l'ai vu... Il aurait pu passer pour un humain mais j'avais l’œil et l'expérience... Il trainait son aura pestilentielle de Vertu là où il passait, une housse de violon à la main. Au premier abord, je n'ai rien dit, je n'ai rien fait... Je le sentais bien. Les Anges nous surveillaient alors que nous cherchions activement l’Émeraude de Lucifer. Il était évident qu'ils étaient au courant, qu'ils se doutaient de quelque chose... Et je ne pouvais rien y faire, sinon les laisser faire leur boulot pendant que moi je faisais le mien. Je trainais dans les rues dans ma chemise blanche sortie du futal et la cravate desserrée au cou...

Et puis je l'ai entendu parler à une petite vieille... Une Malédiction... Une Pierre... Serait-ce ?... Le temps que je me retourne, il avait déjà disparu. Merde... Si j'avais pas été aussi lent. J'interpelle la vieille peau, la pauvre, elle doit se demander c'qu'on lui veut aujourd'hui. Je lui demande de m'indiquer la direction qu'elle venait de donner à son précédent interlocuteur et partit à mon tour. Je connaissais bien le centre-ville mais mon savoir s'arrêtait là, aussi je perdis un certain temps à trouver mon chemin... Être ralenti ainsi m'agaça, je dus calmer ma rage quand je sentis la température de mon corps augmenter dangereusement.

Là, je le vis. Dos à moi, face à cette caillasse recouverte de la Malédiction... Je regardais autour de nous personne. :

-HEY !

La panique et ma colère ont fait que j'avais plus hurlé qu'interpellé... J'avais du mal à me contrôler, ma queue de Démon fouettait l'air tandis que de la buée sortait de ma bouche... Il faisait frais et moi j'étais bouillant... Pourtant je savais que je n'irai pas plus loin tant que l'emplumé en face de moi ne m'en donne pas une raison. :

-Ne t'approche pas plus du Coeur de mon Seigneur sinon j'arrache le tien.



Asura vous tente en #16268B
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 85
Date d'inscription : 24/06/2014
Age : 21
Ange de la Charité
Voir le profil de l'utilisateur




Romaniel
Ange de la Charité
Mar 1 Juil - 22:07
Les mots de la Banshie résonnaient dans mon esprit, faisant à chaque seconde monter de plus en plus la sensation de panique en moi. Et merde. Qu'est-ce que j'étais censé faire, moi maintenant ? J'aurais jamais dû venir ici, d'abord, j'aurais dû aller nourrir mes chiens comme je l'avais prévu avant de recevoir cet ordre stupide. Je m'en fichais, moi, de ce caillou, j'avais jamais pensé que je le trouverais, d'abord. Les paroles de l'Oracle ricochèrent une nouvelle fois dans mon crâne. Non, je n'aurais jamais pensé ça.

Est-ce que je devais prévenir quelqu'un ? Michaël, ou un Séraphin, ou peut-être même un Trône ? Oui, mais...si quelqu'un d'aussi con que moi avait réussit à trouver cet endroit, d'autres ne tarderaient pas à débarquer, peut-être dans quelques heures, peut-être dans quelques minutes. Des anges et, surtout, des démons. Je pouvais pas me barrer comme ça, alors que...alors que j'étais le seul à savoir. A pouvoir faire quelque chose. Mais comment est-ce que je pourrais me sortir de cette situation ? Quoiqu'il advienne, il allait falloir que...bon sang, mais pourquoi m'avoir dit ça à moi, oracle à la con ! J'ai jamais été intelligent ! Faut pas me confier des responsabilités, et encore moins tout faire reposer sur moi !

Quelqu'un m'interpella soudain d'une voix forte, me faisant sursauter et m'interrompant dans mes pensées. Je me retournais, et ma panique ne fit que monter en flèche. Un démon. Déjà. Et il avait l'air sacrément en colère, si je pouvais en juger par les mouvements enragés de sa queue et l’atmosphère étouffante qui émanait de lui. C'était moi où il y avait de la buée qui sortait de sa bouche ?

Oh, il me menace même de m'arracher le cœur, comme c'est mignon...je déconne, putain, au secours, je suis censé faire quoi moi maintenant ?

- Euh...


Ah ben oui, BRAVO l'éloquence, Romaniel ! Si tu continues comme ça, ton espérance de vie ne va pas dépasser les trente secondes.

- Comment dire...si tu faisais ça, ça n'arrangerait ni moi, ni toi. Enfin, surtout pas moi, bien sûr, mais si tu veux vraiment récupérer le caill...le Cœur de ton Seigneur, il vaudrait mieux que tu m'écoutes.


Là, c'est mieux. C'est clair qu'au moins, j'avais une garantie de survie, vu que j'étais le seul à savoir comment faire et que la Banshie ne semblait pas se manifester à nouveau...une garantie, ouais, mais pour combien de temps ? Il allait bien falloir que je lui dise. Et merde, dans quoi est-ce que j'étais allé me fourrer...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 65
Date d'inscription : 26/01/2014
Seigneur et Prince de l'Orgueil
Voir le profil de l'utilisateur




Lucifer
Seigneur et Prince de l'Orgueil
Mer 2 Juil - 8:58
Je la sens. Brusquement, je la sens.
Mon coeur chavire, je ne sais plus que faire.
Suis-je à la fin du monde que j'ai connu ?
Mais je l'aurai, dussé-je m'y perdre...
Depuis l'arrivée inopinée d'Asura dans le bureau de Satan, j'avais toutes les peines à garder mon calme. Oh, je m'étais bien repris, et extérieurement, rien ne laissait voir le trouble qui m'habitait. Mais au fond de moi... J'étais incapable, totalement incapable de penser à autre chose qu'à mon Emeraude, et à la réaction de mon Fils lorsque j'étais allé lui parler. Même si finalement, il avait envoyé nos Démons à sa recherche... Je sentais un grand froid dans mon coeur, alors que je m'attendais à ce qu'il me soutienne, comme il l'avait toujours fait.

Au fond de moi, j'avais peur. Peur qu'il m'abandonne, peur de me retrouver seul à nouveau. Mais j'étais bien trop fier pour l'afficher, bien trop pour aller le voir et tenter de nous expliquer. Alors je me renfermais sur mon orgueil, je fermais mon coeur et je me précipitais dans la fuite en avant que représentait pour moi la recherche du Coeur de Pierre. Si je l'avais pu, j'aurais passé mes jours et mes nuits sur Terre, à chercher, mais je ne pouvais pas me le permettre...

Mais, en permanence, mes pensées restaient tournées vers Carlisle. Vers mon Coeur de Pierre, que j'avais cru perdu à jamais, et qui n'était qu'endormi. Pourrais-je un jour, à nouveau, l'avoir avec moi, le voir, le prendre dans mes mains, quitte à ce qu'elles brûlent à cause de sa nature... Je le voulais, tout simplement, et je ne pouvais pas penser à autre chose. Aussi me décidai-je, une fois de plus, à abandonner mon travail, au moins l'espace de quelques heures... Une étrange sensation étreignait mon coeur... J'envoyai immédiatement un mot à Satan pour le prévenir.

Fils. Je vais sur Terre. Je reviendrai.

Je reviendrai... Pourquoi avais-je éprouvé le besoin d'écrire cela ? J'observai l'oiseau s'écarter, puis je m'en désintéressai. Je me voilai la face. Ouroboros s'enroula autour de mon bras en sifflant, puis autour de mon ventre, et j'enfilai un manteau ample pour le dissimuler. S'il voulait venir avec moi, je ne l'en empêcherais pas. J'avais bien trop besoin de compagnie... J'enfourchai un Cheval du Néant, et son pas rapide me mena à Carlisle.

Et immédiatement, je le sentis. Je les sentis. Un ange et un démon, au même endroit. L'angoisse m'étreignit le coeur, et je relançai ma monture au galop, pour qu'elle me porte jusqu'à l'endroit où ils se trouvaient. Alors que je m'approchais, la voix d'Asura me parvint faiblement. Je n'en retins que quelques mots. "Le Coeur de mon Seigneur". Je sautai du dos du cheval dès que je fus en vue, le laissant retourner en Enfer, et je déployai mes ailes noires pour franchir en quelques secondes la distance qui me séparait encore d'eux.

"Parle !"

Sous la nervosité, j'avais failli utiliser la Voix sans avertissement. Mais je m'étais retenu au dernier moment, ayant entendu le misérable emplumé qui me faisait face qu'il semblait... savoir quelque chose de plus. Quelque chose de nécessaire pour récupérer mon Coeur de Pierre, certainement... ? Je m'obligeai à ne pas m'approcher davantage de lui, même si la furie dansait dans mes yeux - ou plutôt dans mon unique oeil visible. Une furie qui n'était pas destinée à l'ange face à moi, pas uniquement. Non. C'était juste mon violent désir de retrouver enfin mon Emeraude, sans laisser personne d'autre que moi y porter la main...

"Asura, que s'est-il passé ? La Banshee a de nouveau parlé ?"

Le Coeur de Pierre est à moi. Il n'est qu'à moi.
Rendez-le moi, vous n'y avez aucun droit.
Rendez-le moi, j'en ai besoin.
Ne m'avez-vous pas déjà assez arraché ?



Lucifer vous méprise en firebrick.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 31
Date d'inscription : 18/03/2014
Age : 24
Lieutenant de la Colère
Voir le profil de l'utilisateur




Asura
Lieutenant de la Colère
Jeu 10 Juil - 14:36
Il valait mieux que je l'écoute... Pourquoi ? Pour qu'il gagne du temps afin d’appeler ses supérieurs ? Ou bien l’Émeraude était belle et bien dangereuse comme le craignait Satan ? J'allais hocher la tête pour qu'il m'avoue tout mais Lucifer arriva à cet instant. Il a du sentir la présence de son Cœur de Pierre quand nous nous en sommes approchés, les pouvoirs de l'ancien Archange étaient vraiment terrifiant. Mais il n'arrivait pas au bon moment. L'emplumé qui était déjà terrifié par mon arrivée devait maintenant se faire dessus. Je levais les mains vers Lucifer, en signe d'apaisement... Je laissais un peu tomber l'étiquette certes, mais c'était une situation un poil critique là.

Je ressentais ses vagues de désir avec une force incroyable. J'en tremblais, il désirait son Émeraude plus que tout. Si je ne l'avais pas eu sous les yeux, j'aurais cru avoir affaire à Léviathan. Je pris une grande inspiration, toujours les mains levées vers lui, avant de lui répondre. :

-Je ne l'ai pas entendue mon Seigneur et Prince Lucifer, mais peut-être étais-je trop loin pour l'entendre si elle est effectivement apparue...

Je prenais masse de pincettes, en utilisant son titre complet par exemple ; un Prince ça peut exploser à n'importe quel moment, et j'ai trop rarement vu Lucifer perdre son calme et sa dignité pour totalement maîtriser la situation, je dois l'avouer. Pas certain que mes mots est atteint le prince de l'Orgueil, je me tournais doucement vers l'angelot. :

-Dis ce que tu as à dire... dis-je le plus calmement possible. Mais prends bien garde et n'essaye pas de nous rouler.



Asura vous tente en #16268B
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 85
Date d'inscription : 24/06/2014
Age : 21
Ange de la Charité
Voir le profil de l'utilisateur




Romaniel
Ange de la Charité
Sam 12 Juil - 11:28
Soudain, un autre démon rappliqua. Comme si un, c’était pas déjà assez. Et son regard…mes mains se mirent à trembler en croisant son regard, qui était à moitié dissimulé derrière un masque. Je retins un sursaut de terreur quand il m’ordonna de parler.  Terreur, oui. Parce que type là, c’était pas un rigolo, et ça, même moi je pouvais m’en rendre compte.
Apparemment, les deux se connaissaient. De ce que je compris, le cornu qui avait menacé de m’arracher le cœur s’appelait Asura. Il semblait d’ailleurs essayer de calmer l’autre, ce dont je lui étais assez reconnaissant. Mais un détail me frappa soudain : les ailes du nouvel arrivant n’étaient pas comme celles des autres démons. Elles étaient…de plumes ? Un emplumé noir ? Je sentis un horrible pressentiment monter en moi. Ces ailes, ce masque, des cornes de cette taille…impossible…
 
Je devins effroyablement pâle en l’entendant nommer l’emplumé noir « Seigneur et Prince Lucifer ».

Dites-moi que c’est un cauchemar, par pitié. De tout les démons de l’Enfer, pourquoi il a fallut que ce soit celui-là qui vienne ? Je savais qu’il aurait quoiqu’il arrive finir par apparaitre, mais je pensais qu’il ne viendrait qu’après que quelqu’un aurait touché son émeraude, comme me l’avait laissé entendre l’Oracle ! Là, j’étais pas préparé ! Enfin, pas qu’on puisse être vraiment préparé à ça, bien sûr....mais merde, à la fin ! Pourquoi c’était tombé sur moi ?
Je serrais de toute mes forces mes mains autour du manche de mon étui pour tenter d'en contrôler les tremblements. Au moins, l’autre démon avait l’air de s’être relativement calmé. Lui aussi semblait sensible à la puissance de l’emplumé noir. Je hochais la tête à ses paroles.  De toute manière, c’est pas comme si j’allais prendre le risque de mentir à Lucifer en personne…j’étais peut-être pas très intelligent, mais même moi pouvait deviner  ce qui m’arriverait si ce type découvrait que j’essayais de le rouler.

- La Banshie est réapparue, en effet. Elle…


Je soupirais, peu certain de ce que je devais dire. Tout leur avouer ? Sûr que les autres emplumés du Paradis n’approuveraient pas…mais bon, je n’avais pas une infinité de choix. Ni une infinité de temps pour prendre ma décision, parce que la patience avait pas l’air d’être leur fort. Et puis, j’étais seul de toute manière, il fallait que je me démerde par moi-même. Bon sang, j’ai l’impression de voir mes chances de survie diminuer à chaque seconde…

- Si vous souhaitez obtenir l’émeraude, il faut que nous…coopérions
, lâchais-je finalement. Elle se trouve bien dans cette pierre maudite, et la Banshie m’a apprit que seul un démon pouvait la briser. Cependant…

Je pris une grande inspiration, peut-être pour me donner du courage. Je savais que ça n’allait pas leur plaire.

- Cependant, vous ne pouvez pas voir l’émeraude. En tant que démons, vous seriez aveuglés par son éclat. Il…enfin, il n’y a que moi ici qui en soit capable. En tant qu’ange, je veux dire.

Et voilà, je l’avais dit. C’était peut-être pas la meilleure idée du monde, mais je l’avais dit. J’aurais peut-être dû faire semblant de ne rien savoir et attendre la venue d’autres anges, mais c’était trop tard pour revenir en arrière, de toute façon.
A la réflexion, j'aurais pu tout aussi bien me taire et les laisser s'aveugler...je n'aurais eut aucun mal à ramener l'émeraude au Paradis, ainsi. Mais l'idée même me dégoutait. Et puis...qu'est-ce qu'ils voulaient en faire, là-haut, de ce caillou ? A choisir, j'aurais préféré qu'il reste bien sagement à Carlisle. Et si jamais il était amené à déclencher une guerre ? Plus que la présence de ces deux démons face à moi, c'était là ma plus grande peur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 65
Date d'inscription : 26/01/2014
Seigneur et Prince de l'Orgueil
Voir le profil de l'utilisateur




Lucifer
Seigneur et Prince de l'Orgueil
Jeu 24 Juil - 8:29
Si proche, et pourtant inaccessible...
Est-ce une nouvelle torture ?
Tout s'effondre autour de moi.
Satan... Mon Emeraude...
Malgré mon état, le geste d'Asura eut l'effet désiré, et j'arrivai à dompter la fureur qui brûlait en moi. Depuis combien de temps n'avais-je pas été dans un tel état ? Je ne le savais pas, je ne voulais pas le savoir. Je savais juste que... je m'étais engagé trop loin dans la route pour récupérer mon Coeur de Pierre, et il me serait à présent impossible de faire demi-tour. Il fallait que je le récupère. Il fallait que j'empêche le Paradis de mettre la main dessus. Je repliai lentement mes ailes dans mon dos, sans quitter l'ange du regard.

"Si tu sais quelque chose, parle. Je n'ai aucune raison de te faire du mal si tu ne t'oppose pas à nous."

Cette fois, je parvins à employer un ton relativement calme. Un ton qui n'était pas vibrant d'envie et de colère, comme auparavant. Cette Emeraude avait décidément beaucoup d'effet sur moi, même avant d'être dévoilée, puisqu'elle faisait ressortir en moi des péchés qui n'étaient normalement pas les miens. Je ne ruminai pas longtemps cette pensée, me concentrant sur les paroles de l'ange.

Et je me pétrifiai. Les démons ne pouvaient pas... voir l'Emeraude.. Son éclat les aveuglerait. Nous aveuglerait. M'aveuglerait. Sans doute dus-je pâlir atrocement en entendant cela. Le Coeur de Pierre... Mon Coeur de Pierre... Il faudrait que j'ouvre un accès jusqu'à lui... pour qu'un ange le prenne... ?

"Ce n'est... pas possible... ! L'Emeraude est à moi... Mon Coeur de Pierre... Dis-moi que tu mens ! Je... ne laisserai pas un ange porter la main dessus ! Je ne briserai pas la pierre pour que tu t'empares de l'Emeraude et que tu la ramènes au Paradis !"

Je me sentais... perdu. Vexé. Trahi. Trahi, une fois de plus, abandonné par ce à quoi j'avais cru pouvoir me raccrocher. Si Satan avait été ici, nul doute que j'aurais abandonné mon orgueil pour aller me blottir dans ses bras, me cacher dans son étreinte rassurante.

Je jetai un regard à Asura. Un regard pour lui demander de trouver une solution, quelque chose pour ne pas laisser le Coeur de Pierre aux Anges. Jamais je ne me résoudrais à lui demander de l'aide à voix haute. Ce regard... était déjà beaucoup, pour moi.

Aurais-je dû t'écouter, Satan ?
Toi qui semblais réticent...
Mais si le Paradis s'en empare...
Qu'allons-nous devenir ?

Spoiler:
 



Lucifer vous méprise en firebrick.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 31
Date d'inscription : 18/03/2014
Age : 24
Lieutenant de la Colère
Voir le profil de l'utilisateur




Asura
Lieutenant de la Colère
Sam 26 Juil - 13:02
Les Anges ne pouvaient pas casser la roche entourant l’Émeraude. Les Démons deviennent aveugles. Dans un sens, c'était logique tout ça... Dans un autre, c'était pas cool du tout. C'était un éventuel pacte entre Paradis et Enfers... De quoi faire péter une pile à Satan. Lucifer aussi d'ailleurs, j'entendis sa voix paniquée briser le silence qui avait suivit la déclaration de l'emplumé.

Mon Seigneur posa ses yeux sur moi... Un frisson me parcourut. Ce regard désespéré me perça de part en part. L'Orgueil me demandait de l'aide. Il me fallut quelques secondes pour m'en remettre, je n'étais pas choqué mais profondément touché par une telle marque de confiance. Je pris une grande inspiration en ne le lâchant pas des yeux... Je posais ma main droite sur mon cœur en me penchant respectueusement. :

-Mon Seigneur... Vous devriez couvrir vos yeux.

Sans ajouter quoi que ce soit, je m'approchais de la pierre maudite... Je jetais un regard sur l'angelot. :

-Tu essayes de faire un seul geste pour récupérer l’Émeraude et je t'étripe.

Je posais doucement mes doigts sur la roche polie, suivant les lettres creusées de la malédiction. Devenir aveugle en soi ne m'attristait pas. Cela faisait tellement longtemps que je traversais les Enfers que je connaissais les Couloirs par cœur... L'idée de perdre mon travail m'était déjà plus douloureux... Pervertir faisait parti de moi depuis si longtemps que je me demandais si je pouvais vivre sans cela.

Mais rien ne m'empêcherait de faire mon devoir. Les Enfers m'avaient fait connaître la liberté, la fraternité, le bonheur... Je devais tant et tant à mes Seigneurs, perdre la vue n'était rien à côté de ce qu'ils m'avaient offert.

Dans une détonation, je fis disparaître ce qu'il me restait d'apparence humaine pour revêtir mes habits démoniaques, mes flammes bleus envahissant mon corps. Sitôt ceci fait, je sentis le Mal de la roche entrer en écho avec moi... La Malédiction reconnaissait ses Maîtres. J'écartais les jambes pour avoir de bons appuis, je bandais mes muscles pour mettre dans ce coup de poing toute la force que je possédais.

HRP:
 



Asura vous tente en #16268B
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 85
Date d'inscription : 24/06/2014
Age : 21
Ange de la Charité
Voir le profil de l'utilisateur




Romaniel
Ange de la Charité
Ven 1 Aoû - 8:31
Comme on pouvait s’y attendre, ma déclaration ne fut pas très bien accueillie. Le silence pesant qui s’était étiré autour de nous fut toutefois bientôt rompu par Lucifer, qui semblait dans un profond état de détresse. C’était comme s’il refusait d’y croire. Quand il me demanda de lui dire que je mentais, je baissais un instant les yeux, incapable de soutenir ce regard qui, bien qu’il me terrifiait tout autant qu’au départ, me faisait cette fois-ci aussi…comme un peu de peine. Bon, sûr que je devrais probablement pas ressentir ça. Après tout, ce type, c’était pas vraiment n’importe qui : il était à la tête des Enfers, et il était sûrement capable de commettre un bon nombre d’atrocités auxquelles je n’osais même pas penser. Mais…il avait l’air d’y tenir tellement, à son émeraude. Parce que c’était bien la sienne, non ? Il avait dû passer tant de temps à la chercher, et voilà qu’au moment où il la trouvait enfin, je lui annonçais qu’il ne pouvait plus poser les yeux sur elle…bon, j’étais pas vraiment capable comment on pouvait être attaché à ce point à un caillou, mais si je me souvenais bien, il était né avec, et puis pour l’appeler son « Cœur de Pierre », ce truc devait être comme une partie de lui-même – enfin, un truc du style. Normal qu’il veuille la récupérer, au fond.

Ses paroles me firent soudain prendre conscience que je n’avais aucune idée de ce que je souhaitais faire. Ramener l’émeraude au Paradis ? Outre que j’avais absolument pas envie de prendre le risque de donner une bonne raison à ces deux-là de me faire la peau, je savais même pas ce qu’ils en feraient, là-haut. Si c’était pour déclencher une guerre contre les Enfers, c’était franchement pas la peine. Et puis, mes ordres, c’était de découvrir ce que fabriquaient tous ces démons à Carlisle – de ce côté-là, mission accomplie. Donc en gros…j’étais à peu près libre de faire ce que je voulais ? Parce que s’il s’agissait de les aider à reprendre l’émeraude, j’avais peut-être une idée qui pourrait marcher. ‘fin, sûr que mes supérieurs cautionneraient pas ça, mais ça, à la limite, je m’en foutais. Ils avaient qu’à être là, d’abord, et pas me laisser seul dans la merde.

Dans le silence de plomb qui prit place après que la voix de Lucifer se fut éteinte, j’hésitais à prendre la parole. D’abord parce qu’ils me foutaient toujours franchement les jetons, les deux cornus, et puis parce qu’au fond, je voulais pas que le Paradis déclenche une guerre, mais qui me disait que ce n’était pas ce que comptaient eux-mêmes faire les Enfers ? D’accord, je me sentais mal pour Lucifer, et j’avais plutôt l’impression qu’il ne voulait la récupérer que parce qu’il y tenait sincèrement, ou peut-être bien parce qu’il avait peur, comme moi, de ce que le Paradis pourrait en faire, mais…est-ce que je pouvais vraiment prendre ce risque ?

Bon sang, j’en avais marre de réfléchir. A force, ma cervelle était en surchauffe. Pourquoi toute cette histoire était aussi compliquée, hein ? Elle aurait pas juste pût fermer sa gueule dès le départ, la Banshie ? Saleté d’Oracle ! Si j’te recroise, tu vas m’entendre !

Le démon nommé Asura demanda soudain à Lucifer de se couvrir les yeux, ce qui m’arracha à mes pensées. Ayant peur de comprendre, je le fixais tandis qu’il s’approchait de la pierre – et de moi, par la même occasion. Ce type…quand même pas ? Médusé, je fus incapable de lui répondre quoique ce soit quand il me menaça de m’étriper si j’essayais de toucher à l’émeraude. Je n’arrivais pas à croire qu’il s’apprêtait à faire ça. Mais quand il revêtit sa forme démoniaque et que des flammes d’une intense couleur bleues se mirent à lui lécher le corps, je compris qu’il était sérieux. Putain, mais…c’était un grand malade, ce type ! Je pouvais pas le laisser faire ça ! Comme il levait déjà son poing, je perdis pas vraiment mon temps à réfléchir. Dans un mélange confus de panique et de colère, j’agrippais fermement l’étui de mon instrument entre mes mains avant de lui faire faire vivement connaissance avec l’arrière de son crâne. Pas assez pour l’assommer – tout au plus aurait-il une jolie bosse – mais suffisant pour qu’il suspende son geste. Je venais peut-être de signer mon arrêt de mort, mais sur le coup, j’y pensais pas vraiment. En fait, je commençais sérieusement à craquer.

- Mais t’es complètement malade ! explosais-je. T’as pas enregistré c’que j’viens de dire, ou quoi ?! Tu tiens tant que ça à devenir aveugle ?! Et puis, arrêtes aussi avec tes menaces à la con ! M’arracher le cœur, m’étriper, et puis quoi encore ? Ça t’trouerait l’cul, un peu de politesse ? Comme si j’avais la gueule de quelqu’un de dangereux ! Ça se voit que j’ai la trouille, alors pas la peine d’en rajouter !

Ouais, j’étais en train de complètement péter un câble, mais cette histoire me tapait sérieusement sur les nerfs. J’avais la frousse, j’étais paumé, on me menaçait de mort alors que j’avais rien fait, Lucifer en personne débarquait, et maintenant, ce type voulait se sacrifier pour récupérer ce putain de caillou. Y’en avait ras le cul, à la fin !

- Et forcément, tu préfèrerais t’arracher les yeux plutôt que de demander de l’aide à un emplumé, hein  rajoutais-je sans me calmer. Alors c’est con, parce que je compte certainement pas avoir ta cécité sur la conscience ! Ce truc, m’exclamais-je en brandissant l’étui de mon instrument face à lui, ça laisse pas passer la lumière. Donc suffit d’y mettre votre émeraude pour que vous puissiez la ramener aux Enfers sans risque. Et pour ça, j’peux vous aider. Suffit que tu brises la pierre en fermant les yeux et que tu me laisses l’y mettre, puis j’vous en fait cadeau. Bon, c’est clair qu’il faut que vous me fassiez à peu près confiance, mais franchement, c’est pas comme si je pouvais m’enfuir sans que vous vous en aperceviez. J’me doute que vous auriez largement les moyens de m’arrêter, et de me le faire regretter si jamais…enfin…

Je perdis soudain mon assurance, ayant soudain très conscience de leurs regards braqués sur moi et de la taille de leur corne. Euh...est-ce que, à tout hasard, je venais de frapper et d’insulter le type avec les flammes qui lui sortaient du corps ? Et de péter les plombs devant l’un des démons les plus dangereux des Enfers ? Euh...mon espérance de vie ?

- Hum, euh…je…je voulais pas vous manquer de respect, hein, tentais-je pitoyablement de me rattraper. Et désolé de t’avoir frappé, d'ailleurs, m’excusai-je en me tournant vers Asura, même si j’avais peur que ça ne serve pas à grand chose.  Je voulais juste t’éviter de faire une connerie, tu vois, vu que y’a d’autres solutions. Pa…par contre, rajoutais-je maladroitement en me rappelant brusquement du dilemme qui m’agitait un peu plus tôt, si vous comptez vous servir de l’émeraude pour déclencher une guerre ou autre, je retire tout ce que j’ai dis, hein, j’vous aiderais pas. Et…euh…voilà, quoi.

Je décidais de me taire, en songeant que j’aurais dû la fermer beaucoup plus tôt. Si je me faisais carboniser, j'pourrais bien m'en prendre qu'à moi-même.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 65
Date d'inscription : 26/01/2014
Seigneur et Prince de l'Orgueil
Voir le profil de l'utilisateur




Lucifer
Seigneur et Prince de l'Orgueil
Ven 8 Aoû - 13:25
Après tous ceux qui m'ont pris,
Toi, tu veux me donner,
Me donner en perdant à ton tour.
Pour qui me prends-tu ?
Les paroles d'Asura me firent trembler profondément. Couvrir mes yeux ? Il songeait... Il songeait vraiment à... sacrifier ses yeux pour briser la pierre et récupérer mon émeraude... ? Stupéfait, je ne bougeai pas, n'arrivant pas à réagir à temps, tandis qu'il s'approchait. Lorsque je réalisai qu'il comptait vraiment faire cela, il était trop tard, je n'étais plus assez proche de lui.

"Asura !"

Mon cri retentit dans l'air, au moment même où retentissait le bruit d'un coup. L'instrument de l'ange sur le crâne d'Asura. Je restai figé une fraction de seconde, la surprise devant être visible sur mon visage. Un ange. Venait de frapper. Un démon. Pour l'empêcher de perdre la vue. Et j'allais devoir digérer ça...

Mais ce n'était pas le moment d'être statique ainsi. Je m'élançai aux côtés d'Asura et je lui attrapai le poignet pour le tirer d'un coup sec en arrière, l'écarter de la pierre de la malédiction. Je n'écoutais que d'une oreille tout le discours de l'emplumé, comprenant juste qu'il était effectivement furieux de la tentative du démon de se sacrifier.

Jusqu'à ce qu'il parle de... nous laisser l'Emeraude ? La récupérer, la mettre dans l'étui de son instrument et nous laisser partir avec ? Je peinais à le croire... Je ne bougeai pas, tenant toujours le poignet d'Asura dans ma main, fermement mais en essayant de ne pas lui faire mal.

"Tu proposes vraiment de laisser les Enfers récupérer le Coeur de Pierre ? Où est le piège ? Tu es là pour le ramener au Paradis, aux Séraphins, non ? Pourquoi tu abandonnerais d'un coup ?"

Je ne comprenais pas... Et puisque je ne comprenais pas ce qui avait lieu, je passai à autre chose, momentanément. A attraper Asura par les épaules, le tourner face à moi et le secouer.

"Et toi, je peux savoir ce qui t'a pris ?! Tu crois que j'ai encore besoin de perdre quelque chose ? Tu crois que Satan aurait été content de te voir revenir aveugle ? Ca me fend le coeur de le dire, mais cet emplumé a raison, tu es fou de faire une telle chose ! Alors abandonne tout de suite cette idée, imbécile ! Je ne... veux plus que quiconque se sacrifie pour moi. C'est tout. Compris ?"

Je le fixai pendant quelques secondes, voulant m'assurer qu'il m'avait bien compris. Puis, laissant juste une main sur son épaule, je me tournai à nouveau vers l'ange. Quel était son nom ? Est-ce que je savais son nom, déjà ? Aucune importance, strictement aucune importance.

"Si je ne peux pas regarder le Coeur de Pierre et que je dois le garder enfermé dans l'étui de ton instrument, je vois mal comment je pourrais m'en servir pour déclencher une guerre... Je veux juste... le récupérer. Il est à moi, il a toujours été à moi. Le Paradis voudrait faire disparaître les Enfers, nous n'avons pas le droit d'exister selon eux. Plusieurs d'entre eux n'hésiteraient pas à nous détruire, avec cette Emeraude. Je veux la récupérer, pour ça, mais surtout... Parce qu'elle est mienne. Mais puis-je vraiment te faire confiance ?"

Cependant, nous n'allions pas rester dans une impasse... Et il lui aurait été facile de laisser Asura s'aveugler en espérant récupérer l'Emeraude...

"Si vraiment tu es sincère... Tu ne verras pas d'inconvénient à ce que je te tienne pendant que tu récupères l'Emeraude ? Asura peut briser la pierre les yeux fermés, et si je te tiens le bras, par exemple, je serai certain que tu ne cherches pas à filer en douce."

Puis-je te faire confiance ?
Tu es un ange, comme les autres...
Ne cherches-tu pas à me piéger ?
Pourtant, ai-je un autre choix ?



Lucifer vous méprise en firebrick.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 31
Date d'inscription : 18/03/2014
Age : 24
Lieutenant de la Colère
Voir le profil de l'utilisateur




Asura
Lieutenant de la Colère
Mer 13 Aoû - 7:21
J'étais stupéfait... Mais malgré la surprise il me semble bien que c'est l'instrument de l'angelot qui avait rencontré l'arrière de mon crâne. Une pichenette pour moi, l'emplumé avait du y mettre que dalle comme force... Ou alors il avait des muscles en mousse... Le plus drôle dans l'histoire, c'est qu'il m'engueula et pas qu'un peu ! Très sérieusement, sur le coup, je me suis senti vraiment con... C'est comme si ma mère était revenue d'outre-tombe pour me faire une leçon de morale à grand renfort de fessée cul-nu sur mon arrière-train devant tout un peuple. J'étais tellement éberlué par cette situation que je me surpris à bredouiller des excuses sans m'en rendre compte.

C'est Lucifer qui me ramena à la réalité... Il s'était saisi de mon poignet pour m'éloigner de la roche emprisonnant son émeraude. J'en rougis évidement, j'avais eu un contact avec le Seigneur de l'Orgueil ! N'importe qui s'en sentirait honoré ! Il inonda l'angelot de question avant mieux me saisir par les épaules et de me secouer comme un prunier. Voilà que même lui commençait à me remonter les bretelles... bien que venant de sa part, sa critique me semblait bien plus justifiée. Comment avais-je pu prétendre faire une telle chose ? Comment aurais-je pu faire porter le poids de la culpabilité sur mon Prince (oui, j'en avais rien à carrer de ce que ressentait l'emplumé et alors ?) ?... Penaud, je ne baissais pourtant pas la tête devant le Seigneur pour m'excuser sincèrement, le regardant droit dans les yeux. :

-Pardon Seigneur...

Il se tourna à nouveau vers l'ange me laissant dans ma propre culpabilité. J'étais donc à ce point incapable de réfléchir ?! Lucifer amena une solution qui semblait réalisable... Pourtant, elle ne faisait que me sembler... J'avais certes agi comme un idiot un peu plus tôt, mais je n'en restais pas moins méfiant à l'égard des Anges... bien que celui devant nous avait reçu en me donnant courageusement un coup d'étui, un peu de ma reconnaissance. Il porte ses boules le petit, j'aime ça.

J'eus un mouvement instinctif en m'accrochant à la tunique de mon Prince... Geste que je regrettais sur l'instant en le relâchant aussitôt. Je savais que Satan n'avait rien contre mes élans protecteurs, mais je ne savais pas si c'était le cas de son Père... :

-Mon Seigneur Lucifer, dis-je en ponctuant mes paroles par une révérence voulant rattraper mon geste trop familier, je sais que vous désirez ardemment retrouver ce qui vous appartient mais... C'est un ange... Ne voulez-vous pas en discuter avec mon Prince Satan avant de faire quoi que ce soit ?

Les Colériques ont la réputation de foncer dans le tas... De se jeter dans le danger pour obtenir ce qu'ils souhaitent. Mais là, et fort heureusement, j'avais Lucifer en personne pour me tempérer. Je comprenais à quel point Satan aimait son Père en cet instant...

Je posais un regard sur l'Ange complètement perdu, balbutiant des excuses comme moi un peu plus tôt. :

-Excuses acceptées... Mais pour le reste, ça ne change rien. Tu restes un Ange et j'ai appris à ne jamais faire confiance à un Ange. Car après tout, si on se retrouve dans une telle situation, c'est aussi de votre faute... Alors oui, je ne suis pas poli... Oui, je t'arracherai le cœur, les boyaux, les yeux et même ton âme si tu oses blesser mes Seigneurs... Et oui, j'ai peur de les voir souffrir...

Alors cette stupide histoire parlant du fait qu'on utiliserait l’Émeraude à mauvais escient, c'est complètement bidon, encore un truc inventé par vos haut-gradés pour l'éloigner de Lucifer... Car après tout... Comment on pourrait utiliser le Cœur de Pierre si on ne peut même pas la regarder ? Tu demanderas ça à tes Archanges en carton quand tu rentreras tiens !


Oh ben merde... Sans m'en rendre compte je venais de soulever une vérité dis donc... Et un peu du bordel qu'on trouvait au Paradis par la même occasion...



Asura vous tente en #16268B
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 85
Date d'inscription : 24/06/2014
Age : 21
Ange de la Charité
Voir le profil de l'utilisateur




Romaniel
Ange de la Charité
Dim 24 Aoû - 20:13
Apparemment, Lucifer avait du mal à croire que je veuille les aider…c’était une réaction assez normale, quand on y réfléchissait. A sa place aussi, je me serais méfié. Mais bon, le truc, c’était que contrairement à ce qu’il imaginait, j’étais pas là pour ramener l’émeraude aux Séraphins. Enfin théoriquement, c’était sûrement le cas, mais  tant que je n’avais pas d’ordre précis, je m’estimais libre de faire de ce que je voulais. D’ailleurs, à tous les coups, j’allais me prendre un savon, là-haut…mais à la limite, ce n’était pas tellement grave ; j’avais l’habitude. Je m’apprêtais à lui expliquer ça quand tout d’un coup, comme si je n’avais plus aucune importance, il se tourna vers Asura, l’attrapa par les épaules et, tout en le secouant dans tous les sens,  se mit à l’engueuler sec.

Je dois avouer que pour le coup, j’étais assez étonné. Ce qu’il lui disait était carrément…mignon. Enfin, j’avais conscience que mettre « Lucifer » et « mignon » dans la même phrase était plus qu’étrange– quelques secondes plus tôt, j’aurais sans doute affirmé que ces mots étaient fondamentalement incompatibles – mais…il ne voulait plus que quiconque se sacrifie pour lui et ne souhaitait pas le perdre. Il tenait à lui, et à ce que je compris, Satan – qui devait être son Prince – aussi. Et puis, la façon dont il avait crié son nom tout à l’heure avant de se précipiter vers lui…On nous présentait souvent les démons comme des êtres complètement ignobles, mais là, j’avais la preuve qu’ils pouvaient se révéler touchants.

 Bon, par contre, que ça « lui fende le cœur » de dire que j’avais raison, c’était pas franchement sympa pour moi, hein.  Je fis une légère moue, mais j’avais l’impression que ce n’était pas le moment de me vexer, et surtout pas  celui de l’interrompre, aussi jugeais-je plus prudent de ne faire aucun commentaire. 

Une fois que l’autre démon se fut excusé, Lucifer se tourna à nouveau vers moi. Je déglutis, un peu appréhensif – son regard ne me mettais pas franchement à l’aise.  Puis il me parla…et soudain, je me sentis un peu con. Ce qu’il disait était logique : avec l’émeraude enfermée là-dedans, ce serait difficile pour eux de s’en servir. Je n’y avais même pas réfléchis. Bon, en même temps, je ne réfléchissais jamais beaucoup…quoiqu’il en soit, ça signifiait que je pouvais les aider sans  trop de risques ? Ça me rassurait un peu. Les raisons pour lesquelles il souhaitait récupérer son émeraude correspondaient à ce que j’avais imaginé, alors je pouvais bien lui apporter mon aide. Même si pour l’instant, il ne semblait pas réellement décidé à me faire confiance. Sa proposition de me tenir le bras pour s’assurer que je ne m’enfuisse pas me prit un peu au dépourvu, mais elle était bien pensée, et je hochais doucement la tête par réflexe. 

« Oh, euh…bien sûr. »

Je n’eus pas le temps de rajouter quoique ce soit, puisque l’autre démon reprit la parole pour demander à Lucifer s’il ne valait pas mieux en discuter au préalable avec Satan. Et je grimaçais. Oh, non, par pitié, pas ça. Je priais intérieurement de toutes mes forces pour qu’il refuse. Un Seigneur de l’Enfer, c’était déjà bien trop pour moi - alors deux ! Ma situation était déjà suffisamment éprouvante et surréaliste comme ça ! Enfin, je n’avais pas vraiment mon mot à dire dans l’affaire…mais j’avais dit vouloir les aider, et ce n’était pas parce que j’étais un ange que j’allais trahir ma parole, comme il semblait le penser ! A la base, d'ailleurs, c'était plutôt le contraire, non ? J’étais rassuré qu’il accepte mes excuses, mais avoir pour principe de ne jamais faire confiance à un ange, c’était…bon, d'accord, pas complètement débile, vu que son point de vue était largement compréhensible, mais quand même.  Dans toute cette histoire, j’y étais pour rien, moi ! J’avais été nommé emplumé il y a quoi, dix ans ? Alors dire que c’était  de « votre faute», comme si c’était aussi la mienne…
Et en plus, il me menaçait encore ! Enfin…cette fois-ci, c’était un peu différent. Il était toujours aussi flippant, hein, là n’était pas la question. Mais cette fois-ci, il était également...touchant. Il semblait vraiment attaché à ses Seigneurs…décidément, même si les démons étaient très différents de nous, personne ne pouvait dire qu’il s’agissait d’êtres sans cœur.  Eux aussi avaient leur part de bonté. Même s’ils ne l’exprimaient pas de la même manière que nous…en l’occurrence, en affirmant être prêt à arracher mon cœur, mes yeux, mes boyaux et mon âme.

Définitivement, pour la politesse, on repassera.

En tout cas, aucun des deux que j’avais en face de moi ne semblaient très partants à l’idée de me faire confiance. Apparemment, il valait mieux que je m’explique…même si je n’étais pas certain qu’ils me croiraient, vu le peu de foi qu’ils semblaient accorder aux paroles des anges. 

« Les Archanges et les Séraphins n’ont rien à voir avec le fait que je vous propose mon aide», commençais-je finalement par dire, hésitant. « A l’origine, on m’a envoyé ici pour observer ce que vous foutiez dans le coin, c’est tout. J’ai reçu aucun ordre à propos de l’émeraude ou quoi que ce soit du genre. Si j’veux vous aider, c’est parce que… »

Je me grattai nerveusement l’arrière de la nuque, un peu gêné, et pas vraiment sûr de savoir comment m’exprimer.

« …bah, c’est comme vous venez de le dire, quoi »
, dis-je finalement l à l’attention de Lucifer. « Elle est à vous, et…’fin, vous y tenez vraiment, quoi. Pour moi, c’est suffisant pour vouloir vous aider.  Surtout que j’peux pas vraiment nier que là-haut, y’en a pas qui aimeraient vous faire disparaitre. Et ça, c’est flippant », reconnus-je avec un léger froncement de sourcils avant de les regarder tour à tour. « Vous pouvez vous méfier de moi parce que j’suis un ange, mais en attendant, c’est pas parce que j’suis aux ordres des Archanges et des Séraphins que je vais croire aveuglément tout ce qu’ils me disent de croire et faire aveuglément tout ce qu’ils me disent de faire. J’aime mon libre-arbitre, vous savez. »

D’ailleurs, mon manque de respect envers l’autorité, c’était un truc qu’on me reprochait pas mal…et qu’on risquait de me reprocher encore longtemps, vu que j’avais pas la moindre envie de faire des efforts pour intégrer le concept.

« Tout ça pour dire que...je suis sincère. Il n'y a pas de piège ou autres. De toute manière, je ne suis ni en position de force, ni en position de m'enfuir, pas vrai ?»


J'avais lancé cette dernière question - qui n'en était pas vraiment une - avec un sourire un peu nerveux. C'était clair que j'étais loin de représenter le moindre danger pour eux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 65
Date d'inscription : 26/01/2014
Seigneur et Prince de l'Orgueil
Voir le profil de l'utilisateur




Lucifer
Seigneur et Prince de l'Orgueil
Ven 29 Aoû - 10:11
Crier sur un démon et approuver un ange...
Jamais je n'aurais cru avoir pareille attitude un jour.
Mais les choses sont ce qu'elles sont.
Et s'il me faut l'aide d'un ange... soit.
Je haussai légèrement un sourcil lorsque la main d'Asura se referma sur ma tunique. Oh, je ne lui en voulais plus, il s'était excusé et cela me suffisait, mais je n'étais pas habitué à un geste aussi familier. Il était rare que des gens se montrent réellement familiers envers moi. Même ceux qui étaient les plus proches de moi. A part Léviathan, il n'y avait personne pour ouvrir les bras et me demander un câlin... Et c'était sans doute mieux ainsi, d'ailleurs.

Je ne lui reprochai pourtant pas son geste, et il lâcha bien vite mon vêtement. Pour me suggérer d'attendre et d'en parler à Satan. En parler à Satan... En temps normal, bien sûr que je lui aurais demandé son avis. Je ne faisais presque rien sans lui... Mais là... Là, je ne me souvenais que trop bien de sa réaction lorsque j'étais venu lui parler de mon Émeraude. Je me souvenais de la sensation de trahison qui s'était enfoncée dans mon coeur, comme une longue pique de glace...

Mon visage avait dû s'assombrir légèrement, même si j'avais essayé de n'en rien laisser paraître. Cette blessure était encore béante au fond de mon âme, et je n'avais pu m'en ouvrir à personne. Si je ne pouvais pas en parler à Satan, alors que je lui disais tout, ordinairement... A qui aurais-je pu m'ouvrir pour une telle chose ? Je secouai donc lentement la tête.

"Non. Si nous attendons trop avant d'agir, même pour aller prévenir Satan de ce qui se passe, nous risquons de voir arriver d'autres anges, voire même Gabriel ou un des Séraphins. Et je n'ai pas la moindre envie de voir les visages de ces traîtres... Sans compter qu'ils m'empêcheraient de récupérer ce qui est à moi."

Gabriel... Pourquoi l'avais-je laissé partir, lorsque nous nous étions retrouvés par hasard ? Pourquoi ne lui avais-je pas arraché le coeur, comme j'aurais dû le faire ? Lui qui était mon ami et qui m'avait trahi... Mais je ne devais pas me laisser emporter par de telles pensées. Ce n'était ni le lieu ni le moment.

J'écoutai ensuite les explications de l'ange qui nous faisait face. Et qui déclarait vouloir réellement nous aider ? Parce que l'Émeraude était à moi et que j'y tenais ? Il prétendait ne pas obéir aveuglément à ses supérieurs... ? De la part d'un ange, j'avais beaucoup de peine à le croire, mais... Je n'avais pas vraiment le choix. Si je ne lui faisais pas confiance - dans une certaine mesure, et avec plusieurs assurances qu'il ne me trahirait pas, bien évidemment - je n'avais aucune chance de récupérer mon Coeur de Pierre...

"Très bien, j'accepte de te croire. Comme tu l'as fait remarquer, tu risquerais très gros en essayant de me tromper. Inversement, si tu me permets de récupérer mon Émeraude... Ce n'est pas quelque chose que je dis de gaîté de coeur, mais je t'en serai reconnaissant. Asura, tu es prêt ?"

Je ne lui avais pas vraiment demandé son avis sur la question, j'en avais bien conscience. Mais j'estimais que c'était à moi de décider, et non à lui. J'étais son supérieur, même s'il n'était pas un démon de mon Couloir, et j'étais le propriétaire de l'Émeraude. Je m'étais déjà assuré qu'il ne risque rien en me prêtant main forte, et c'était l'essentiel.

Je reposai ma main sur l'épaule du démon et j'y exerçai une légère pression. Une manière de le remercier de l'aide qu'il m'apportait. Ces remerciements, je ne les ferais probablement jamais de vive voix. Mais j'accompagnai mon geste d'un regard qui parlait pour moi. Surtout que ce n'était pas la première fois qu'il m'apportait de l'aide. Déjà, pour résoudre la seconde partie de l'énigme...

"Oh, je me doute que tu en as conscience, mais je préfère tout de même préciser... Même si tu nous dis de rouvrir les yeux avant d'avoir mis le Coeur de Pierre dans l'étui de ton instrument, pour nous aveugler... Ça ne te sauverait pas. Tu ne t'enfuirais pas d'ici vivant, je suis assez puissant pour t'arrêter, même sans la vue."

Je l'observai quelques secondes, sans agressivité particulière. Ou du moins sans être agressif à la manière d'Asura. Mais mon visage calme et mon regard sombre promettaient à mon interlocuteur les pires souffrances si jamais il me faisait regretter ma décision. La seule chose que je trouvais dommage était que... si je perdais la vue, je ne pourrais pas le lui faire payer en fouillant son âme à la recherche de ses pires peurs et souvenirs. Mais enfin...

Je ne le fixai pas très longtemps de cette manière. J'avais conscience, d'un côté, que ces menaces n'étaient pas les plus efficaces, mais... Je tenais tout de même à le préciser. Au cas où il n'ait pas été aussi sincère qu'il le disait - et que j'avais envie de le croire. Je m'approchai ensuite de lui et lui pris le bras d'une main, hésitant une fraction de seconde avant de fermer les yeux. Il était frais, si frais... Comme Gabriel.

"Allez-y, tous les deux. Asura, ferme bien les yeux jusqu'à ce que le Coeur de Pierre soit enfermé."

Mon Coeur de Pierre...
Enfin, il est bientôt à moi.
D'ici peu, je l'aurai à nouveau...
Je l'aurai avec moi... inaccessible.



Lucifer vous méprise en firebrick.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 31
Date d'inscription : 18/03/2014
Age : 24
Lieutenant de la Colère
Voir le profil de l'utilisateur




Asura
Lieutenant de la Colère
Dim 14 Sep - 23:06
Dès que j'entendis Lucifer dire à l'emplumé qu'il était d'accord pour faire cet échange, mes traits se tirèrent... Oh bien sûr que je ne voulais pas blesser mes Seigneurs, que je ne voulais pas perdre la vue... Mais la trahison était quelque chose de terrifiante pour moi. S'il arrivait quoi que ce soit à l'un de mes Seigneurs, l'autre souffrirait énormément et jamais je ne me le pardonnerai. Aussi, ma voix se fit faible quand il me demanda si j'étais, bien que j'étais sûr de ne pas avoir le choix à la base... :

-Oui, mon Seigneur et Prince.

Quand je sentis sa main se resserrer sur mon épaule, une larme coula. Je la retirais promptement avant de lever mes yeux vers lui. J'avais rien à dire, et lui non plus d'ailleurs. J’exécutais. Point. J'attendis qu'il pose son autre main sur l'épaule de l'Ange... Si une once de dégoût à pu traverser mon visage (il avait de la chance ce machin, d'être touché par mon Seigneur !), c'est surtout une menace sourde qui devait y rester. J'avais dit ce que j'avais eu à dire un peu plus tôt, j'espèrais que ce soit resté dans un coin de son crâne de piaf.

A l'ordre de Lucifer, je fermais les yeux puis je me plaçais, comme un peu plus tôt en position d'attaque. Je posais mes phalanges sur la Pierre, je sentais les mots de la Malédiction s'éloigner de mon poing comme un saint s'éloignerait d'un lépreux... Et puis, je le retirais prenant de l'élan et je déchirais la pierre... Littéralement. Du moins je le ressentais ainsi sous mon poing... Les morceaux de roche s'envolaient autour de moi sans me toucher, comme si la Malédiction refusait même de m'approcher. Une onde de choc s'en échappa, traversant mon corps avec une puissance qui pourtant ne me fit même pas chanceler... J'étais la Colère, rien ne me ferait plier.

Tout retomba dans le silence. Je gardais les yeux fermer tant qu'on ne m'en donnait pas l'ordre... Je soupirais. :

-C'est fait. A toi de jouer l'angelot.



Asura vous tente en #16268B
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 85
Date d'inscription : 24/06/2014
Age : 21
Ange de la Charité
Voir le profil de l'utilisateur




Romaniel
Ange de la Charité
Dim 28 Sep - 20:37
A mon grand soulagement, Lucifer ne semblait pas vouloir faire appel à Satan, de peur de voir débarquer des anges entre-temps. En voilà un que je me passerais volontiers de rencontrer un jour...d'ailleurs, je me serais volontiers passé de rencontrer Lucifer aussi, mais bon, faut croire qu'on a pas toujours ce qu'on veut. Je me demandai juste vaguement pourquoi il citait Gabriel en particulier sans mentionner les autres archanges...enfin, je me gardais bien de poser la question. D'ailleurs, dans la mesure du possible, je préférais me garder de la moindre parole. En cet, instant, j'aurais donné n'importe quoi pour pouvoir disparaitre dans un trou.

Heureusement, il semblait que mon calvaire allait bientôt se terminer: Lucifer acceptait de me croire. Bon, mon soulagement était mitigé, parce que j'étais toujours tendu à l'extrême, mais disons que je me sentais un peu moins mal. Je n'avais plus qu'à leur donner leur émeraude, et nous repartirions chacun de notre côté. Je fus toutefois légèrement surpris qu'il me dise que j'aurais sa reconnaissance. Enfin, non, ce n'était pas tellement surprenant, étant donné que mon geste n'allait pas de soi et que je lui rendais quand même service, mais...j'avais l'impression que ce n'était pas le genre de type à dire "merci" à des gens. Même si en l’occurrence, il avait précisé que ce n'était pas "de gaîté de cœur". Il avait sûrement du mal à digérer le fait de recevoir l'aide d'un ange.

Il demanda à Asura s'il était prêt, ce à quoi l'autre répondit à l'affirmative, et je déglutis, appréhensif, en resserrant mes doigts autour de mon étui. Je cru voir une larme rouler le long de la joue du démon, sans bien comprendre pourquoi, et le fixais un instant, étonné, avant de détourner le regard par politesse - du peu que je connaissais de lui, il ne voudrait sûrement pas de l'inquiétude d'un ange, alors autant faire semblant de rien n'avoir remarqué. Cependant, je ne pouvais m'empêcher de me poser des questions sur le sens de cette larme...même si elles resteraient probablement à jamais sans réponse.

Contrairement à ce que je pensais, Lucifer n'en avait pas finit avec moi, et me donna une dernière mise en garde de ce qui m'attendait si jamais je m'avisais de les trahir. Je croisais son regard et sentit mon visage perdre ses dernières couleurs. Non, ne pas trembler, ne surtout pas trembler. Mais cet œil, putain...je n'avais jamais vu un regard aussi terrifiant. Je ne songeais même pas à mettre en doute ses paroles : ma vie dépendait de la bonne volonté de ce type. Je hochais la tête, incapable du moindre son. Bon sang...tout ce que je voulais, c'était sortir vivant de ce merdier, alors ne pouvait-on pas en finir au plus vite ?

Il s'approcha, et je me fis violence pour ne pas reculer. Je le laissais prendre mon bras, et retins un hoquet de surprise : sa main était brûlante ! Je savais que les démons avaient une température corporelle beaucoup plus élevée que la notre, mais...la vache, ça faisait mal ! Bon, ça restait supportable, mais on avait intérêt à faire ça vite si je ne voulais pas me retrouver avec une marque de brûlure en forme de main sur la peau. Surtout que contrairement à la majorité des anges, je n'avais pas de réelles capacités de soin.

Lucifer ferma les yeux et nous ordonna - parce qu'avec lui, il ne pouvait s'agir que d'un ordre - de commencer. A son tour, Asura clôt ses paupières et se posta devant la pierre. En le voyant lever son poing, je frémis, et ce n'était pas d'impatience. Quand il brisa la pierre, je ne pus m'empêcher de détourner les yeux, une sensation de malaise se faisant plus forte en moi à chaque secondes. Une onde de choc s'échappa de la stèle qui volait en éclat, et sans la main brûlante de Lucifer, sans doute aurais-je fait plus que chanceler. Puis le silence revint, Asura me fit comprendre que c'était mon tour. Et, Lucifer à ma suite, je m'avançais.

Je me sentais mal, peut-être plus mal que je ne l'avais jamais été. Les battements de mon cœur s'accéléraient, j'avais des sueurs froides, des nausées, et des frissons incontrôlés parcouraient mes membres - je tremblais littéralement. Et ces sensations ne faisait qu'empirer au fur et à mesure que mes pas me rapprochaient de cette douce lumière que je voyais étinceler entre les débris - la même lumière qui brillait au Paradis, sauf que celle-ci ne causait en moi qu'une sourde terreur. Sans doute que si je ne détalais pas en courant, c'était en grande partie parce que Lucifer tenait toujours mon bras. Je me fis violence autant qu'il m'était possible et me penchait, puis effleurait l'Émeraude. Aussitôt, je sentis mes sensations de mal-être se décupler. Mon rythme cardiaque s'emballa, mes tremblements s'accentuèrent à tel point que je sentais la main de Lucifer trembler avec moi, mon estomac de souleva, et je retins de justesse une envie de vomir. Qu'est-ce...qu'est-ce que c'était que ça ?
Je ne perdis pas de temps et ouvrit prestement mon étui avant d'y laisser tomber prestement cette...cette chose. Oh, elle était incroyablement belle, sans aucun doute, mais l'intensité des sensations d'horreur et de dégout qu'elle causait chez moi ne me donnait qu'une seule envie : m'en débarrasser au plus vite, et ne plus jamais la revoir. Je refermais prestement mon étui dans un claquement sec, et la lumière de l'Émeraude disparu. J'étais à peine soulagé : j'avais encore l'impression de la tenir au creux de ma paume, et je savais que tant qu'elle serait à proximité, je continuerais de sentir l'effroyable puissance du Vice qu'elle renfermait.

-V...c'est...c'est bon
, réussis-je à bredouiller d'une voix blanche, la gorge douloureuse. Vous...pouvez me lâcher, maintenant ? Vous êtes... brûlant.

Et, alors que je tendais l'étui à Lucifer, je me rendis compte que dans ma précipitation, j'avais oublié une chose capitale : mon violon. Il était resté enfermé avec la pierre. Trop tard désormais pour le reprendre, puisque j'avais déjà indiqué aux autres de rouvrir les yeux. Et puis...même si j'étais mortifié de m'en séparer, je ne comptais pas le réclamer. Cela aurait signifié revoir cette pierre, l'effleurer, peut-être - et ça, quand bien même beaucoup diraient qu'il s'agissait de lâcheté, je m'en sentais complètement incapable.

- 'faut croire que j'ai oublié mon violon à l'intérieur...mais tant pis, gardez-le. Je ne...veux pas rouvrir ça.

J'avais l'impression d'être sur le point de m'évanouir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 65
Date d'inscription : 26/01/2014
Seigneur et Prince de l'Orgueil
Voir le profil de l'utilisateur




Lucifer
Seigneur et Prince de l'Orgueil
Sam 11 Oct - 8:22
Me laisser conduire, les yeux fermés
Par l'un de ces maudits êtres emplumés
Par qui j'ai déjà tant souffert, été abandonné...
Ne suis-je pas fou, ou aveuglé ?

Jamais je n'aurais pensé qu'il était si difficile de garder les yeux fermés. C'était tout ce que j'avais à faire, après tout. Garder les yeux fermés, laisser Asura briser la pierre, laisser Romaniel récupérer ma Pierre... Et j'étais nerveux, affreusement nerveux. Et si l'un de ces maudits Séraphins ou Archanges apparaissaient pour la récupérer à ma place, une fois la pierre brisée, alors que nous ne pouvions pas ouvrir les yeux ?

Aussi ma main était-elle légèrement crispée sur le bras de l'ange à qui je peinais à faire confiance, en dépit de la décision que j'avais prise. Tous autres mes sens étaient tendus pour essayer de me rendre compte de ce qui se passait, et un long frémissement coula dans mon corps lorsqu'une sorte d'onde de choc me heurta. Asura devait avoir brisé la pierre de la malédiction... Et sa voix le confirma effectivement.

Essayant de me reprendre de ce choc, je m'avançai à la suite de Romaniel, tenant toujours son bras. J'y étais presque. Bientôt... Bientôt, le Coeur de Pierre serait à moi, serait revenu à moi. Et tant pis s'il était une pierre pure, tant pis si c'était la lumière du Paradis qui l'emplissait. Il faisait partie de moi, et je ne le laisserais à personne, jamais. Surtout pas aux anges.

Romaniel s'arrêta, et je manquai de peu de buter sur lui. J'étais envahi par d'étranges sensations, d'envie, de gêne, de malaise, d'impatience. Etait-ce simplement parce que je désirais tant retrouver l'Emeraude tout en souffrant à l'idée de ne pas pouvoir la regarder une seule fois ? Probablement, mais pas uniquement. C'était une sensation qui venait de l'extérieur également. Un odieux mélange de pureté et de vices...

"A-Aaah..."

Le son qui s'était échappé d'entre mes lèvres était à mi chemin entre le cri étranglé et le gémissement. Car à cette sensation extérieure s'était soudain ajouté une autre sensation, à l'instant. Comme si une main s'était refermée sur mon coeur, me faisant chanceler assez violemment. Je faillis même tomber, et je tins d'autant plus fermement le bras de l'ange. Ma main était crispée, comme tout le reste de mon corps, et je dus me faire violence pour ne pas partir immédiatement. Ou le frapper...

Car je devinais bien ce qui s'était passé. Ses doigts avaient touché le Coeur de Pierre, ses doigts l'avaient saisi et soulever. Et je sentais le moindre mouvement, le moindre choc au sein même de mon âme, de mon propre coeur. Je sentais ses doigts me tenir, ses doigts purs qui me brûlaient, ses maudits doigts d'ange que je n'étais plus depuis bien longtemps... Le regrettais-je ? Je ne m'étais jamais autorisé à me poser réellement la question.

Romaniel tremblait également, à moins que ce ne fussent mes propres tremblements que je sentais au niveau de son bras. J'avais envie de le frapper, de lui dire de garder l'Emeraude, de le tirer avec moi pour nous enfuir ensemble loin de cette horreur, de le pousser pour tenter de prendre moi-même mon Coeur de Pierre, même si cela me consumerait la main. Je voulais... Je ne savais plus. Je ne savais plus rien, je ne sentais plus que cette horrible perception, ces doigts fantomatiques qui étreignaient mon coeur.

"Ah... Aaaah...."

Ce fut tout ce que je parvins à produire lorsque je tentai de parler, de lui dire de se dépêcher. Heureusement, il n'eut pas besoin de ma demande pour aller vite, et tout s'arrêta brusquement. Je ne sentais plus ses doigts... Combien de temps cela avait-il duré ? Je n'en avais aucune idée. Quelques mortelles secondes d'éternité.

J'étais encore tremblant des sentiments qui m'avaient secoué, et j'ouvris lentement les yeux lorsque Romaniel nous informa d'une voix tremblante que nous pouvions rouvrir les yeux. Et me demanda de le... lâcher... Pâle et perdu, je le regardai plusieurs secondes sans réagir, le temps de comprendre ce que cela signifiait. Ah oui... Ma main étreignait toujours son bras...

Sans un mot, je le lâcha. Avec une certaine répugnance, malgré tout. Aussi froid et pur soit-il, il était tout de même une forme d'appui pour mon corps, qui peinait à cesser de trembler. Je chancelai, et une seconde je crus que j'allais m'effondrer. Mais je parvins à rétablir mon équilibre au dernier moment, baissant les yeux sur l'étui que l'ange tenait, et me tendait.

Je sentais l'Emeraude à l'intérieur. C'était une sensation aiguë, intense, comme si... Comme si en fermant les yeux, je pouvais voir l'intérieur de l'étui, par ceux, inexistants, de la pierre. Je frémis, puis je tendis lentement la main pour prendre l'étui. Cesser de trembler. Je devais cesser de trembler. Tout était fini, je l'avais, je l'avais enfin retrouvée...

"Merci..."

Son violon... ? Ah, oui... C'était l'étui de son instrument de musique... Mais puisqu'il ne voulait pas le récupérer... Je n'avais pas envie qu'il touche de nouveau le Coeur de Pierre, je n'avais pas envie de ressentir de nouveau ces effroyables sensations. Je ne m'étais jamais interrogé sur bien des choses, lorsqu'il brillait encore à mon front. Si quelqu'un d'autre que moi était en possession de cette pierre, pourrait-il m'atteindre à travers elle ? Je ne le savais pas...

"Je ne le détruirai pas, l'assurai-je, sans trop savoir pourquoi. C'est en partie grâce à toi que j'ai pu retrouver mon Coeur de Pierre, et sache que je ne l'oublierai pas."

Ce que voulaient dire ces paroles, je ne le savais pas précisément moi-même. Exprimer, à mots couverts, que je lui étais reconnaissant de m'avoir aidé, sans chercher à s'emparer de l'Emeraude, alors qu'il lui aurait été facile de nous laisser être aveuglés tous les deux par sa lumière ? Peut-être, oui. En partie, en tout cas...

"Asura ? Viens, nous rentrons chez nous."

Je lui fis signe de s'approcher, et saluai Romaniel d'un vague signe de tête avant de lui tourner le dos. Oui, nous rentrions en Enfer. Chez moi. Alors que je m'écartai, je posai ma main libre sur l'épaule du Colérique, pour m'appuyer légèrement contre lui, ébranlé par tout ce que j'avais ressenti. Et dès que nous serions rentrés, j'irais voir Satan. J'avais besoin de lui...

Satan, mon Fils, mon Sang...
Je l'ai enfin, elle est à moi.
Je l'ai retrouvée, je l'ai ramenée.
Mais j'ai encore plus besoin de toi...

Spoiler:
 



Lucifer vous méprise en firebrick.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 21
Date d'inscription : 22/06/2014
Mar 14 Oct - 16:11
La Pierre est aux mains des Enfers !
La Pierre est aux mains des Enfers !
Honte à ceux sensés protéger la Terre !
La Pierre est aux mains des Enfers !


Et bien que la Banshie hurlait ces mots avec désespoir, l'on pouvait voir sur son visage un indicible bonheur étirer ses traits dans un ignoble sourire...


FIN DU CŒUR DE PIERRE
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
A celui qui la trouvera... [EVENT]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» event coupe du monde la semaine prochaine
» [Yuki] ... Comme celui qui conquit la toison...
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» - Event II.2 - La Faiblesse des Jedi
» Event 5 : Ecriture & Dessin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Anges Gardiens :: Le Monde des Humains :: Terre :: Carlisle-
Sauter vers: