:: Les Enfers :: Le Couloir de l'Orgueil :: Trône de Lucifer Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tu es de ma Famille [Lucifer & Satan] ~ [Terminé]

avatar
Messages : 293
Date d'inscription : 13/12/2013
Age : 23
Seigneur et Prince de la Colère
Voir le profil de l'utilisateur




Satan
Seigneur et Prince de la Colère
Mer 21 Mai - 14:42
J'essayais tant bien que mal de me remettre de mon cauchemar, en me doutant bien qu'un jour, je n'arriverai plus à contrôler ce sentiment de dégoût qui envahissait mon être à mon égard. Je passais ainsi mon temps libre à torturer des Damnés, pour leur plus grand malheur, pour mon plus grand plaisir... Tout en sachant pertinemment qu'à un moment ou un autre, ce ne serait plus suffisant... Que je serais obligé de vider toute ma haine sur quelqu'un d'autre. Pour l'instant, cela m'occupait et m'évitait d'aller voir Lucifer...

Mon Père... J'hésitais encore à lui parler de tout ça. Non pas que j'ai peur qu'il m'en veuille, mais que l'idée de retourner aux Cieux lui soit douce. C'était une de ces pensées qui me faisaient me haïr au plus haut point. Je serais capable de pleurer, peut-être le ferais-je tant je me dégoûtais. Malheureusement, il fallait bien qu'un jour je croise son magnifique regard, sa majestueuse prestance... Rien que pour nos obligations infernales qui faisait que chaque semaine je devais lui rendre compte de tout ce qu'il se passait dans les Couloirs.

Je venais donc de sortir de mon bureau avec dans les bras quelques dossiers... Mais j'étais incapable de faire un pas de plus. Les souvenirs de cette nuit terrifiante me harcelaient... Si ma secrétaire n'était pas passée par là et ne m'avait pas sorti de mes tourments, je serais sans doute encore plongé dans mes songes, à la porte de mon bureau. Je pris une grande inspiration avant de m'envoler. Il me suffisait de quelques minutes pour rejoindre le Couloir de mon Père, bien qu'ils soient assez éloignés... Durant tout ce trajet, je m'appliquais à trouver une importance aux moindres détails qu'ornaient les murs de nos Enfers, afin de ne pas être distrait par mes sombres pensées et de m'immobiliser une nouvelle fois.

Ce n'est qu'une fois à la porte de son Trône que je me posais. Je passais ma main dans mes cheveux pour qu'ils soient impeccables, puis frappais sans attendre un peu plus longtemps. Je refermais derrière moi puis abaissa ma tête comme chaque fois que je le saluais. :

-Mon Père...

Comme toujours, je reste estomaqué face à la splendeur de cette pièce... J'ai du mal à y reconnaître le lieu de naissance de mes Frères, l'endroit même où les Enfers ont commencé à se développer... Là où Lucifer est revenu de ses cendres.

Sans plus m'attarder, je m'approche du bureau pour y déposer mes quelques dossiers, regardant à peine le Sang qui m'avait fait naître. :

-Compte-rendu habituel... Les Damnés de l'Orgueil, de l'Envie et de la Luxure augmentent chaque jour, la Gourmandise reste stable ainsi que la Paresse grâce aux nouvelles technologies tout comme l'Avarice grâce aux inégalités... Quand à la Colère, les meurtres et violences en tout genre deviennent de plus en plus communs.

C'est seulement à cet instant que je remarque que mon comportement est plus qu'inhabituel... Je me maudis intérieurement avant de relever mes yeux tout en souriant. Et tout le poids de ma culpabilité s'évanouit... J'offris à Lucifer un de ces sourires que lui seul connaît. Il était éblouissant, comme à son habitude, il ne pouvait en être autrement.

Un peu plus rassuré, je me permis de me mettre à l'aise en m'asseyant sur l'une des chaises face à son Trône resplendissant. :

-Cessons donc avec le travail et dites-moi Père... Comment allez-vous ?

Plus je le regardais, plus j'arrivais à me convaincre que Lucifer resterait mon Sang à jamais, que pour rien au monde il ne nous abandonnerait... Cela renforçait la rancoeur que j'avais envers moi-même... Mais en sa présence, cela n'avait plus d'importance... Je l'aimais trop, tellement, immensément pour me laisser envahir par ça.



Satan vous maudit en darkred
Plus:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 65
Date d'inscription : 26/01/2014
Seigneur et Prince de l'Orgueil
Voir le profil de l'utilisateur




Lucifer
Seigneur et Prince de l'Orgueil
Mer 21 Mai - 15:43
Je ne sais pas pourquoi je reste.
Mais pourquoi partirais-je ?
Rien ne m'attend nulle part...
Alors je dois être chez moi... ?
C'était un jour comme les autres. Mes Damnés souffraient, payant pour leurs erreurs humaines, et je les regardais. Bien souvent, je n'intervenais pas. Je me contentais de vérifier la bonne marche des lieux, de passer jeter un oeil au travail de mes subordonnés. Et même ainsi, j'avais remarqué que l'ombre de mes cornes suffisait à faire trembler d'effroi mes victimes potentielles. Car parfois, regarder ne me suffisait pas.

Parfois, j'en attrapais un, pour le jeter dans mon Labyrinthe des Miroirs. Le regarder s'y perdre. Fouiller les tréfonds de son âme de mon regard, et le suivre ensuite. Le frôler. Lui susurrer des paroles à l'oreille. Les paroles qui recouvraient exactement la pire terreur ou la pire douleur qui se tapissait au fond de lui. Celle que bien souvent, il refusait lui-même de reconnaître.

Et je devais bien avouer que ces derniers temps, nombreuses étaient les occasions où je me repaissais ainsi de l'effroi des damnés. Ces derniers temps... Depuis ce rêve que j'avais fait. Ce rêve qui me troublait, remuant en moi des sentiments que je voulais continuer à ignorer. Car je n'étais pas exempt des ombres que je cherchais dans le coeur des autres... Même si j'en refusais ne serait-ce que l'idée.

Alors, lorsque ces sensations devenaient trop fortes, j'allais les chasser par les cris délectables des âmes en peine. Ce que je fis celui-là. Un jour parmi tant d'autres, qui s'étaient déjà écoulés depuis la mise en place des Enfers, et qui continueraient à s'écouler. Un jour que rien n'aurait dû distinguer du reste... Et pourtant.

Et pourtant, cette fois-là, même la distraction des miroirs ne me suffit pas. J'appréciais les cris et l'horreur, mais ce n'était pas suffisant... Je tentai, encore et encore, m'obstinant en espérant que cela finisse par revenir à la normale, mais sans résultats. Alors, lassé et résigné, je laissai Ouroboros se charger de cette damnée qui m'avait déçu, et je regagnai mon Trône. Et mes cauchemars, tapis dans les ombres de la pièce.

Peut-être était-ce pour cela que j'avais tant tenu à transformer cette pièce. Comme si cela pouvait, par mimétisme, transformer mon passé... Parfois, je me demandais si mon orgueil ne me poussait pas à occulter le fait que je pouvais être passablement stupide...

Fort heureusement, un son me tira de la pente peu agréable de mes pensées. Quelqu'un qui frappait à ma porte. Je me redressai légèrement sur mon Trône, m'étant précédemment accoudé pour soutenir mon menton dans ma main, et je baissai mon regard sur celui qui entrait.

Satan.

Un sourire naquit sur mes lèvres, alors que je sentais tout le malaise des jours précédents disparaître. Il était là. Pour moi. Toujours. Alors... Je n'avais pas besoin de me poser d'autre question. Je n'avais pas besoin de quiconque d'autre. Mon Sang était là.

"Mon Fils," le saluai-je en retour, inclinant légèrement la tête.

Mais alors que le soulagement et le bonheur naissaient en moi... Tout s'arrêta. Quelque chose... n'allait pas. Et une pointe d'angoisse commençait à percer mon coeur. J'eus d'abord cette affreuse sensation, avant même de comprendre ce qui se passait. Puis la vérité me frappa douloureusement, tandis que Satan s'approchait et posait des dossiers sur mon bureau.

Il ne me regardait pas. Depuis son entrée dans la pièce, ses yeux ne s'étaient pour ainsi dire jamais posé sur moi. Pourquoi ? Pourquoi ne me regardait-il pas ? Pourquoi ne m'offrait-il pas son regard, ce regard qui me faisait enfin me sentir en sécurité, loin de toutes mes souffrances et des trahisons qui avaient jalonné mon existence ? Etait-il en train de s'écarter de moi ? De me trahir, de m'abandonner, lui aussi ?

Ce fut à peine si j'entendis le compte-rendu qu'il me fit des activités des différents couloirs. A vrai dire, cela m'était totalement égal. A cet instant, tout ce qui m'importait était ces yeux obstinément baissés, ce regard qui me fuyait... Et la détresse perçait de plus en plus profondément mon âme. Seul mon masque me permettait de cacher à quel point j'étais profondément affecté par son attitude.

Jusqu'à ce qu'il en change. Encore. Je croisai enfin son regard, et il me sourit. Envolée, mon angoisse, envolée, ma détresse... Il était là. Et il me souriait. Alors je ne pus faire autre chose que lui sourire en retour, une lueur d'affection s'allumant dans mes yeux rouges. Ma peur n'était pas morte, non, et les braises nées de cette ignorance incompréhensible de sa part se rallumeraient certainement. Mais pas à cet instant.

"Je vais bien, mon Fils."

Peut-être aurais-je dû lui dire. Lui parler. Glisser à son oreille attentive les mots qui me faisaient souffrir à force d'être enfermés en moi. Peut-être aurais-je dû, oui... Mais je n'y parvins pas. Et probablement n'y parviendrais-je jamais. Je craignais bien trop sa réaction, je craignais bien trop de me retrouver seul si jamais je laissais parler ma profonde angoisse...

"Vous ne venez que bien trop peu me voir à mon goût, en dehors de ces rencontres de travail que vous venez d'expédier en quelques phrases. Et vous, comment vous portez-vous ?"

Lorsque je lui parlais, j'alternais entre le tutoiement et le vouvoiement, selon mes émotions du moment, les situations, ou même mes phrases. Je me penchai légèrement vers lui, mon regard fixé sur son visage, et j'ajoutai, d'une voix plus douce qu'auparavant :

"Je suis heureux de te voir."

Toi qui es ma plus grande fierté,
Mon rempart contre le désespoir...
Pourquoi ne puis-je reposer dans tes bras
Et t'ouvrir mon coeur ?



Lucifer vous méprise en firebrick.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 293
Date d'inscription : 13/12/2013
Age : 23
Seigneur et Prince de la Colère
Voir le profil de l'utilisateur




Satan
Seigneur et Prince de la Colère
Mer 21 Mai - 16:28
Il y avait très peu de choses dans cet horrible monde qui me remplissait de joie, à vrai dire, je pense même qu'il n'y avait qu'une chose : le sourire de Lucifer. Je me serais damné, si cela m'était possible, pour voir ses lèvres constamment s'étirer dans cette expression de sérénité et de bonheur. Ma félicité était plus grande encore lorsque je l'entendais dire qu'il allait bien... Mon cœur se souleva comme si je venais de respirer pour la première fois de ma vie. J'étais, si je peux me permettre une telle expression, aux anges...  A mon tour, je souris au point d'en dévoiler mes canines, mes iris devant se remplir d'étoiles. :

-Je vais bien et je suis navré Père, j'avoue que mes obligations ont pris beaucoup de mon temps... Je m'arrangerai à l'avenir pour venir vous voir, ne serait-ce que pour vous tenir compagnie.

Il est vrai qu'il était loin le temps où nous construisions les Couloirs ensemble, côte à côte, au point de passer le plus clair de notre emploi du temps tous les deux... Je dois avouer même, que l'époque où mes Princes n'étaient que de simples bambins me manquait aussi : en ces temps reculés, nous dormions tous ensemble, tassés les uns sur les autres... J'étais blotti dans les bras de mon Père tout en ayant les plus jeunes dans les miens.

L'évocation de ses souvenirs ravivait ma passion pour mon Père, le plus profond des respects que j'avais pour lui et seulement pour lui. Je rougis quand il m'avoua être heureux de ma visite, bien que je l'ai redoutée il y a à peine quelques instants. :

-M... Moi aussi Père...

En sa présence, j'étais encore l'enfant que je n'ai jamais eu le temps d'être. J'osais me montrer tel que j'étais avec lui, et sa fierté était la meilleure des bénédictions qu'il puisse m'offrir.

Les doutes et peurs qui s'étaient emparés de mon esprit s'étant évanouit... je pensais qu'il était temps que je lui en fasse part. Du moins, pas dans leurs intégralités. Je restais terrifié par l'idée que mon Père nous quitte, nous abandonne, alors qu'il recevait tant d'amour ici, alors qu'on l'avait renié Là-haut. :

-Père... Je dois vous avouer que j'ai fait un cauchemar récemment qui me plonge dans une profonde terreur.

Je me relevais et m'appuyais à son bureau. Bien que debout et certes, penché vers l'avant, il restait au-dessus de moi... Je levais mes yeux où l'ont devait lire toute ma détresse. :

-J'ai vu... J'ai vu les Enfers qui s'effondraient, j'ai vu nos Frères mourir les uns après les autres... Je sais bien au fond de moi que c'est impossible, car jamais je n'autorisais qu'une telle chose se produise mais... ...Je vous l'avoue, car je vous aime,... j'ai peur...

Par cette déclaration, je n'attendais rien de lui... Je ne voulais pas le forcer à me dire ce qu'il pense de cela. Non. Je voulais qu'il sache que dans tous les cas, je me battais pour lui, quitte à en perdre cette vie si précieuse qu'il m'avait offerte. Je ne valais rien d'autre, sans ses yeux, je ne méritais pas d'exister.

Que même si je ne le montrais pas toujours, que même si j'étais souvent dur avec ma Famille... Je les aimais... désespérément.



Satan vous maudit en darkred
Plus:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 65
Date d'inscription : 26/01/2014
Seigneur et Prince de l'Orgueil
Voir le profil de l'utilisateur




Lucifer
Seigneur et Prince de l'Orgueil
Mer 21 Mai - 18:41
Me cacher de toi, est-ce te trahir ?
Être heureux grâce à toi, est-ce t'utiliser ?
Avoir besoin de toi, est-ce t'aimer ?
Ne vivre que grâce et pour un autre, est-ce vivre ?
Son sourire... Son sourire... Lorsque je le voyais avec une telle expression sur le visage, je me sentais comme renaître. Comme si le poids du passé s'envolait de mes épaules et de mon coeur, balayé par l'adoration qu'il éprouvait pour moi. Car c'était un sentiment réel, n'est-ce pas ? C'était réellement ce qu'il éprouvait pour moi, et non pas la fausse affection dont les anges m'avaient entouré pour mieux me faire tomber par la suite.

Oh, comme je l'aimais... Non, ce n'était pas à proprement parler de l'amour. L'amour, je le détestais. Ce sentiment mielleux que les anges mettaient à toutes les sauces, le délayant à tel point qu'il ne voulait plus rien dire... Et ce que je ressentais pour mon Fils était bien plus fort. Il était mon Sang, né de la Colère et devenu Colère lui-même... Et il était tout ce qui importait pour moi. Il était celui qui m'avait sauvé, sauvé de la mort et sauvé du désespoir. Sans lui, rien n'aurait été possible...

"Alors je suis comblé. Je craignais qu'un problème ne requière votre attention, vous retenant loin de moi. Si ce n'est pas le cas et que vous passerez plus de temps avec moi, je ne vois pas ce que je pourrais demander de plus."

Mensonge, encore et toujours. Je ne cessais de mentir, même à celui qui était tout pour moi. Mais qu'aurais-je pu lui dire ? Lui parler de tout ce qui me faisait souffrir ? Non. Je n'en étais pas capable. J'avais bien trop peur de vivre une nouvelle trahison, ou même qu'il s'écarte de moi en apprenant que je ne pouvais pas m'empêcher de douter de lui...

Puis j'eus droit à un spectacle qui chassa toutes ces pensées de mon esprit, pour un bon moment. Je restai immobile à le contempler, peinant à me remettre de ce à quoi j'assistais. Satan. En train de rougir. Et qui me répondait timidement qu'il était également heureux de me voir. Je ne savais pas quoi répondre, profondément touché, alors je me contentai de lui adresser un sourire heureux et ému.

Puis l'ambiance changea à ses paroles. Mon sourire disparut, et l'anxiété prit la place de l'émotion dans mon regard. Un cauchemar ? Et assez horrible pour qu'il en soit terrifié ? J'avais déjà peur. Avant même qu'il n'ait commencé à me le raconter. Surtout que la mention d'un cauchemar me rappelait le mien, et que ce n'était pas un rappel des plus agréables...

"Je vous écoute."

Ce fut tout ce que je parvins à dire. Et j'arrivai à maîtriser suffisamment bien ma voix pour qu'elle ne tremble pas alors que je l'interrogeais. Mon regard resta fixé sur son visage tandis qu'il se levait. Mon coeur s'emballait dans ma poitrine, et je devais faire un effort pour ne pas paniquer. Rester calme. Surtout, rester calme.

Mais à ses paroles... Cela ne fut tout simplement pas possible. J'écarquillai les yeux, horrifié. Les Enfers s'effondrer, nos Frères mourir... Et... moi ? Que m'était-il arrivé dans son rêve ? Il ne l'avait pas mentionné... Pour ne pas me faire de mal par cette évocation, peut-être... Je restai figé quelques secondes, puis je bougeai enfin.

"Viens là."

Tout en lui donnant cet ordre, je lui pris le poignet et je le tirai vers moi. Le bureau se renversa au passage, mais je n'en avais que faire. Je savais juste que j'avais peur, que je sentais sa peur et que je souffrais pour lui. Parce que je le connaissais mieux que personne, et que je savais ce qu'il devait ressentir. Alors, sans attendre pour savoir ce qu'il en pensait, je le tirai sur mes genoux, et je l'entourai de mes bras.

L'une de mes mains alla se loger dans ses cheveux, et je déposai un baiser sur son front, contenant comme je le pouvais les tremblements de mes mains. Les perdre... Le perdre... Non, je ne le supporterais pas. Je ne pourrais pas le supporter. Alors je cachai mon visage contre son cou, ma main libre se crispant sur son épaule.

"Dis-moi... que ça n'arrivera pas... Répète-le moi... Je ne... veux pas vous perdre..." murmurai-je d'une voix faible, regrettant mon masque qui m'empêchait de bien sentir sa peau contre la mienne.

Je ne sais pas si je me remettrai un jour de ma chute...
Si je pardonnerai un jour à ceux qui m'ont abandonné...
Si je suis autre chose qu'une loque prisonnière du passé...
Mais je sais que je mourrais de vous perdre.



Lucifer vous méprise en firebrick.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 293
Date d'inscription : 13/12/2013
Age : 23
Seigneur et Prince de la Colère
Voir le profil de l'utilisateur




Satan
Seigneur et Prince de la Colère
Mer 21 Mai - 20:05
Comme ce à quoi je m'attendais, Lucifer fut attentif à mon court récit. Pétri de honte et de tristesse je le regardais assimiler peu à peu mon cauchemar. Il ne bougea pas pendant quelques secondes qui me parurent être une éternité... Pour moi, c'en était fait ; il me reniait d'avoir pu penser une telle chose ou bien réfléchissait à la meilleure façon de me punir, bien qu'une telle chose ne soit jamais arrivée. Ma tête faillit s'abaisser de résignation quand je l'entendis me demander de m'approcher... Je n'eus même pas le temps de lui obéir qu'il se saisit de mon poignet et m'attira à lui... Déboussolé, je ne pus éviter le bureau qui se renversa et qui dut bien plus souffrir que moi d'une telle rencontre...

En l'espace d'un instant, je me suis retrouvé sur les genou de mon Père... Le rouge s'empara de mes joues une nouvelle fois et je ne sus trop quoi faire de mes bras. J'avais certes déjà enlacé mon Sang dans mes bras, mais peut-être les siècles m'avaient forgé une âme plus adulte, moins encline aux contacts... du moins je l'espérais, sinon je ne trouvais pas d'autres explications à ma réaction. Je restais ainsi quelque secondes immobiles avant de le sentir trembler, le voir se raccrocher à moi comme si j'étais l'unique raison de son existence. Il murmura quelque chose qui remplit mon âme d'un soulagement intense... Plus encore que n'importe quelle torture que j'aurais pu infliger à un Damné.

Je ne laissais plus un seul instant ma raison diriger mes gestes... Je le serrais contre moi, menant son oreille jusqu'à mon cœur palpitant à vive allure. :

-Père... Lucifer... Je me battrais jusqu'à mon dernier souffle pour vous, pour les Enfers, pour nos Frères... Je vous promets que plus jamais vous n'aurez à souffrir de la disparition de ceux que vous aimez. Je serais toujours là...

Je fis glisser ma main le long de ses cheveux et lui chuchota. :

-Je ne vous abandonnerais jamais.

A ceux qui connaissent la véritable signification de la Voix, c'est à dire sans doute uniquement Lucifer et moi, il ne s'agit pas seulement d'ordres... Il s'agit de promesses scellées à travers le temps et l'espace, plus fort encore que n'importe quel contrat... Je venais de mettre ma vie en jeu... Une promesse tenue contre une vie d'éternelle souffrance.

Je déserrais un peu mon étreinte en plaçant mes deux mains immenses autour de son visage pour mieux le voir... Et je lui donnais un autre sourire. J'étais maintenant rassuré et heureux... Je déposais un baiser sur son front, entre sa peau et son masque. :

-Si vous avez besoin de quoi que ce soit... Je serai toujours là mon Sang.



Satan vous maudit en darkred
Plus:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 65
Date d'inscription : 26/01/2014
Seigneur et Prince de l'Orgueil
Voir le profil de l'utilisateur




Lucifer
Seigneur et Prince de l'Orgueil
Mer 21 Mai - 21:04
Tu es là, contre moi, dans mes bras.
Je te sens, je te vois. Tu es là.
Et pourtant, je continue à avoir mal...
Mon masque, trompe-t-il les autres, ou moi-même ?
Ma réaction prit Satan de court. Ce qui était parfaitement compréhensible... Lui comme moi n'étions pas particulièrement portés sur les contacts physiques... du moins en apparence. Pour ma part, c'était un peu plus compliqué que cela, puisque je feignais de ne pas y accorder d'importance... tout en ayant désespérément besoin de celui de mes proches. Encore une chose que je cachais, que je taisais...

Pendant quelques secondes, j'eus peur. Peur de sa réaction. Si je l'avais pu, je serais revenu en arrière, je l'aurais laissé loin de moi, de l'autre côté de mon bureau... Tout, pour ne pas prendre le risque qu'il quitte mon étreinte et me laisse seul, refusant l'affection que je m'étais décidé à lui témoigner... Parfois, pendant quelques rares secondes, il m'arrivait de me demander si je ne faisais pas preuve d'une certaine lâcheté...

Mais il se décida finalement à bouger. Il avait encore les joues rouges... Ce qui me laissait une étrange impression. Cela ne lui allait pas du tout, mais de savoir que j'avais déclenché chez lui une réaction aussi inhabituelle... me réchauffait le coeur. Et ce fut contre son coeur à lui qu'il amena mon oreille, me laissant écouter ses battements rapides.

Je posai une main sur son torse, devant mon visage, tout en fermant les yeux. Ce son... m'apaisait. Comme une affirmation sans cesse renouvelée que je n'étais pas seul. Et de cette affirmation, j'en avais terriblement besoin. Mais cet apaisement ne fut rien par rapport à l'émotion qui me prit à la gorge lorsqu'il se mit à parler.

"Satan..."

Je n'avais pas soulevé les paupières, restant l'oreille collée contre son torse. Entre cela, et la main qui passait dans ma longue chevelure... Cela faisait bien longtemps que je ne m'étais pas senti aussi apaisé. Des décennies, peut-être même des siècles. Je croyais ne pas pouvoir rêver plus... Et pourtant, mon Sang parvint à m'offrir bien davantage.

Une promesse. Une promesse que rien ne pourrait le convaincre de briser. Une promesse d'être avec moi, de ne pas m'abandonner, de ne pas me trahir... Une promesse qui me fit trembler jusqu'au plus profond de mon âme, parce que je savais bien à quoi il s'engageait.

Lorsqu'il prit mon visage en coupe entre ses mains, je relevai la tête sans rien dire. Ma gorge était bien trop nouée pour que je puisse émettre le moindre son, et j'étais tellement bien que j'avais presque l'impression d'en souffrir. Un sourire se dessina sur mes lèvres, lentement, jusqu'à ce que mon visage entier soit éclairé par une expression de soulagement et de bonheur.

"Merci..."

Ce fut tout ce que je parvins à articuler dans un premier temps. Puis je levai la main et je retirai mon masque, le laissant tomber au pied de mon Trône.  Même à Satan, je ne me montrais quasiment jamais sans lui. Je passai ma main sur sa joue, en une caresse aérienne, et j'ajoutai :

"J'ai besoin de vous. Toujours. Et..."

Je m'arrêtai, ne parvenant pas à finir ma phrase dans un premier temps. Pourtant... Après un tel engagement envers moi... Je ne pouvais pas continuer à me murer dans le silence. Je ne le pouvais tout simplement pas.

"Et surtout maintenant... Je ne... vais pas si bien que cela, mon Fils... Je suis hanté... Par un rêve... Des souvenirs... Et des sentiments que je refuse moi-même de voir..."

Je ne vis que grâce à toi...
Je t'en prie, pardonne-moi...
Pardonne-moi ma faiblesse...
Et ne m'abandonne pas...



Lucifer vous méprise en firebrick.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 293
Date d'inscription : 13/12/2013
Age : 23
Seigneur et Prince de la Colère
Voir le profil de l'utilisateur




Satan
Seigneur et Prince de la Colère
Jeu 22 Mai - 12:01
Quand je le vis retirer son masque, je fus pris par un léger moment de stupeur... Certes, j'avais déjà vu son visage sans cet accessoire mais cela était il y a au moins quelques siècles. Je respectais sa pudeur bien que l'état de ses traits m'importaient peu ; Lucifer était toujours beau. Puis j'étais bouleversé, car après m'avoir pris dans ses bras, il se mettait à nu. Je souris en redécouvrant son visage fin, parfait malgré les cicatrices où la peau fine laissait deviner le sang par transparence... Comme si le temps n'avait réussi à guérir mon Père.

Les cicatrices... J'aimais les voir, les examiner... C'était une des preuves de l'honneur d'un homme, de selon la façon dont il s'est battu pour ses valeurs. Lucifer avait de loin, les plus magnifiques d'entre elles. Je n'osais toucher la peau fragile, je me contentais de frôler la frontière entre celle saine et celle ravagée. Je profitais de chaque seconde, chaque instant où mes yeux se posaient sur lui était comme béni... Non, ce n'est pas le mot qui convient. C'est quelque chose au-dessus du Créateur, au-dessus de toutes les lois divines...

Il posa sa main sur ma joue et je perçus l'hésitation de sa voix... Il m'avoua alors qu'il n'allait pas si bien que ça. Je dus lutter intérieurement pour ne pas vérifier son état de santé mais je compris bientôt que son mal n'avait rien de physique. La frayeur se forgea un chemin dans mon âme, des flash-back de mon cauchemar me hantèrent... Je clignais plusieurs fois des yeux pour les chasser, ce n'était pas le moment de se laisser aller à tout cela. Père souffrait. Je devais l'aider... Néanmoins je laissais planer quelques instants de silence, sachant pertinemment que ma voix tremblerait à cause du mal-être que je ressentais au niveau de la gorge et du picotement étrange de mes yeux.

Je pris une grande inspiration et pressais doucement sa main posée sur ma joue. Je trouvais même la force de lui sourire pour l'encourager à m'en dire davantage, à se libérer de la douleur qui semblait le tenailler. Mon Sang souffrait... J'étais en colère... Contre moi ! Avais-je été à ce point aveuglé par mes propres doutes pour ne plus savoir, ne plus voir quand ma propre Famille avait besoin de moi ?! Pour l'instant, cette colère était loin de me dominer, j'étais trop inquiet. Mais je me doutais que dès que je quitterais ce bureau, j'aurais l'envie irrépressible d'aller mater deux ou trois Démons dans l'Arène...

Je me devais de rester serein, pour lui. Je me devais d'être à lui. :

-N'hésitez pas, je préfère savoir plutôt que de vous laissez souffrir.

Je fis glisser mes doigts rugueux entres les siens... Nos chairs étaient différentes. Il avait la peau blanche, douce et plus froide que la mienne, mate, sèche et la plus brûlante Ici-Bas. Je le maintenais sans lui faire de mal, l'affirmation muette que je ne l'abandonnerais pas maintenant... que je restais son Fils pour toujours... que je voulais l'aider à se sentir un peu mieux, si je ne pouvais pas le rendre heureux. Je fixais ses yeux rubis, toujours dans l'attente, ne voulant pas le presser.

De l'avoir près de moi comme ça, j'en ressentais un bonheur immense... Mais aussi de la honte ; au fond de moi, j'avais l'impression de ne pas mériter tout cela. Les Enfers, mes Frères et les Démons étaient bien peu de choses comparé à tout ce que Lucifer avait accompli et m'avait donné. Ce qui me gênait un peu plus tôt dans la gorge devint plus oppressant encore... Je ne comprenais pas ce qui m'arrivait. Je toussotais en espérant faire disparaître le mal mais cela semblait s'amplifier, tout comme ma vision qui peu à peu se flouta pour une raison inconnue.

Je perdis le contrôle de mon corps... Lentement, je déposais ma tête sur l'épaule de Lucifer tout en gardant nos mains enlacées, mes yeux rivés dans le creux de son cou. Son odeur rassurante m'apaisa un peu, même si ma voix trembla. :

-Sache que... je...

Et je ne pus aller plus loin. J'étais devenu muet... En fermant les yeux, j'essayais d'imaginer un monde où j'aurais été capable, où j'aurais eu le courage... Le même courage dont Lucifer usa pour affronter l'injustice.

HRP:
 



Satan vous maudit en darkred
Plus:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 65
Date d'inscription : 26/01/2014
Seigneur et Prince de l'Orgueil
Voir le profil de l'utilisateur




Lucifer
Seigneur et Prince de l'Orgueil
Jeu 22 Mai - 12:59
Je vais cesser de me cacher, pour une fois.
Mon avenir, je l'affronterai la tête haute...
Même si ton abandon me fait mourir.
Non, cette fois, je ne fuirai pas... Je crois.
Un sourire hésitant s'afficha sur mes lèvres, alors que je sentais pertinemment qu'avoir retiré mon masque plongeait Satan dans une forme... de surprise. Pouvais-je aller jusqu'à parler de stupeur ? Je ne le savais pas. Mais je l'enlevais si rarement lorsque je n'étais pas seul que beaucoup, même parmi les plus proches de moi, ne se souvenaient quasiment pas d'avoir vu mon visage en entier.

Parce que je les haïssais, ces cicatrices. Plus que tout. Moi-même, je détestais me voir ainsi dans le miroir. Voir ces preuves ineffaçables de mon échec, de ma chute et de ma souffrance... Je les trouvais laides. Elles me défiguraient, et je n'avais toujours pas réussi, malgré les siècles, à les accepter enfin. Alors les montrer... même à Satan... était une grande marque de confiance de ma part.

Je ne bougeai pas lorsque son doigt toucha mon visage. Toucha la jonction entre mon visage parfait et mes odieuses cicatrices. Je me sentais... tendu. Extrêmement tendu. Par crainte de la réaction, par crainte de ce que j'allais faire, par crainte de ce que j'allais dire. Surtout lorsque mes paroles semblèrent le bouleverser.

Si je l'avais pu, je les aurais ravalés, ces mots douloureux, je les aurais à nouveau enfermé au plus profond de moi. Je ne voulais pas voir notre lien se briser... Oh, il ne partirait pas loin de moi... Ne me l'avait-il pas promis ? Mais s'il n'était plus aussi proche de moi ? Si nous restions côte à côte... comme deux étrangers ?

Heureusement, alors que je luttais contre ma panique, je sentis sa main sur la mienne, je vis son sourire. Je devais... lui faire confiance... Je ne pouvais pas rester ainsi loin de tout et de tous, à me réfugier dans ma forteresse d'orgueil pour refuser tout ce qui me faisait du mal... Je me détruisais en agissant ainsi. Alors je devais parler...

"Je... Tout comme vous... J'ai fait un rêve... Moins horrible, et je suis presque gêné de m'en plaindre à vous après ce que vous m'avez dit. Mais un rêve qui a ramené de mauvais souvenirs. Un rêve où j'étais... avec Gabriel au Paradis... Puis Gabriel a chuté, comme prenant ma place... Et je me suis soudain retrouvé en Enfer... démon... J'ai rattrapé Gabriel au terme de sa chute, et il s'est mis à me débattre, il m'a repoussé."

Au fur et à mesure que je parlais, je trouvais cela de moins en moins censé. De quoi me plaignais-je exactement ? Et pourtant... Et pourtant, s'il existait bien une personne qui pouvait me comprendre, c'était mon Sang. Mon Sang qui lui, ne me repousserait pas...

"Leur trahison... me fait toujours du mal... Mon Fils... Je rêve d'un jour où je serai enfin apaisé, et où je pourrais profiter du bonheur que vous et nos Frères m'avez apporté. Mais... Je souffre. Pardonnez-moi."

Lorsqu'il se laissa aller contre moi, après avoir toussé, mes idées furent balayées par une vague d'inquiétude. Ne pouvant pas le serrer contre moi à cause de nos mains enlacées, je ne pus rien faire d'autre que le fixer, sentant ma respiration devenir plus pénible et un noeud douloureux se former dans mon ventre. Aveuglé par ma propre détresse, n'avais-je pas réalisé que j'allais lui faire du mal en lui parlant ainsi... ?

Mais il se mit à parler. Je sentais son souffle chaud contre mon cou, me faisant frémir doucement. Et sa voix tremblait... N'allais-je plus jamais avoir droit à autre chose que de voir les gens autour de moi souffrir ? J'avais été incapable de me relever, Satan s'en était chargé. J'avais été incapable de faire les Enfers, Satan m'avait aidé. J'étais seul, avec lui, Satan avait créé nos Frères. Et pour tout remerciement, je lui faisais du mal...

Il m'avait tutoyé... pour la première fois. Et cela me bouleversait encore plus, me donnant envie de le serrer contre moi. Cela me donnait l'impression que nous étions encore plus proches l'un de l'autre, que lorsqu'il me vouvoyait avec respect. Pourtant... Les barrières qui existaient entre nous, n'étaient-elles pas en majorité de mon fait... ?

"Que... dois-je savoir... mon Sang ?" me décidai-je à le relancer, d'une voix douce, en voyant qu'il ne parvenait pas à terminer sa phrase. Je t'écoute. Je t'écouterai toujours. Car tu es tout pour moi..."

J'aimerais tellement pouvoir t'aider...
Te remercier de tout ce que tu m'as donné...
Être à la hauteur de ta bonté...
Pourquoi ne puis-je que te malmener ?



Lucifer vous méprise en firebrick.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 293
Date d'inscription : 13/12/2013
Age : 23
Seigneur et Prince de la Colère
Voir le profil de l'utilisateur




Satan
Seigneur et Prince de la Colère
Mer 28 Mai - 13:17
De tous les Péchés, je considère être celui qui apporte les pires choses. La Gourmandise apporte des passions, l'Avarice apporte la sécurité, la Luxure apporte la chaleur, la Paresse... même elle apporte de la sérénité... L'Orgueil a tant fait. Il a permis à tant d'Hommes de gravir des montagnes, de se dépasser et parfois même dans l'optique d'améliorer le monde. Comme Lucifer. Et moi, la Colère ?... La mort, le désespoir, le dégoût de soi... La haine ne peut rien offrir.

Alors quand je vis mon Sang prendre son courage à deux mains, pour m'avouer cette peur qui le tenaillait depuis je ne sais combien de temps, je me sentais inutile. Que pouvais-je faire pour apaiser ses tourments ? Mes poings et mon autorité n'était d'aucun secours ici. ...Ce Gabriel. S'il y avait bien un Ange que je ne devrais jamais croiser, c'était bien lui... Il n'avait rien fait pour sauver mon Père de sa terrible Chute. Je demandais souvent quel serait le bruit de sa mâchoire se disloquant contre mon gant.

Mais là n'était pas la question, Lucifer bien que toujours tourmenté par cette trahison avait été heureux de m'avoir apporté la vie, du fait que j'ai pu créer notre Famille. Ma boule dans la gorge s'agrandit encore et je me laissais donc aller sur son épaule... Je cherchais toujours ces mots justes qui permettraient à celui que j'aime d'être rassuré ; la Colère voulait apporter autre chose que de la souffrance...

Les mots se bloquèrent dans ma gorge, je plissais des paupières, toujours installé au creux de son cou. Je m'agrippais à sa tunique, mordant ma lèvres jusqu'au sang tandis que Lucifer m'encourageait à son tour. Je pris une profonde inspiration, m'imprégnant de son odeur, avant de relever la tête, fixant ses yeux rouges, bien décidé à lui dire ce que j'avais sur le cœur. :

-Sache que je comprends ta peine, et tu n'as pas à t'excuser de souffrir mon Sang. Tant que j'existerai, personne dans notre maison de t'abandonnera.

Au fur et à mesure que j'annonçais cette vérité, mon malaise s'estompa ; ma gorge et mes yeux ne brûlaient plus, sinon d'une volonté qui pouvait tout détruire sur son passage tant j'étais décidé à ce qu'il n'arrivait plus rien d'aussi douloureux à mon Père.

De mon cauchemar et du sien, je m'en foutais complètement désormais... Car que de tels événements se produisent, jamais je ne les laisserais se faire impunément. J'irai me battre contre le Destin s'il le faut, au diable les dires de la Banshie ou d'autres machins prophétiques à la con. Rien à battre. J'irai brûler mes ailes et mon âme dans mes propres Enfers pour sauver encore et toujours ma Famille, mes Princes, mes Démons, mes Diables,... et surtout, Lucifer. Si j'étais la Colère, si je ne pouvais rien apporter au monde que la force de mon poing, qu'elle serve à protéger ce que j'ai de plus cher au monde. Et je me contrefiche si l'on me pense incapable d'aimer, parce que je suis la Haine, parce que la violence régit ma vie, le seul jugement qui importe dans ce monde pourri jusqu'à la moelle, c'est celui de mon Père. Ses yeux là sont ceux de ma vie ; remplis d'amour et j'aimerai, remplis de rage et je détruirai, remplis de larmes et je consolerai.

Je me redressais pour pouvoir mieux l'admirer, lui offrir un nouveau sourire et caresser sa joue de mon pouce... Pouce qui me paraissait énorme par rapport à ceux de Lucifer bien qu'il ne fasse que dix centimètres de moins que moi. Je baissais mon regard pour constater qu'effectivement j'étais toujours sur ses genoux. :

-Euh... Ne suis-je pas un peu lourd pour vous ?

Je ne sous-entendais pas qu'il n'était pas capable de supporter mon poids... Mais il me connaissait, je m’inquiétais même pour les choses infimes et qui paraissait bien ridicule.



Satan vous maudit en darkred
Plus:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 65
Date d'inscription : 26/01/2014
Seigneur et Prince de l'Orgueil
Voir le profil de l'utilisateur




Lucifer
Seigneur et Prince de l'Orgueil
Mer 4 Juin - 16:54
Parle-moi, mon Fils, mon Sang...
Toi que j'ai de plus cher au monde,
Dis-moi que tu me pardonnes.
Dis-moi que je peux vivre.

Comment avais-je trouvé le courage de parler, de mettre des mots sur ce que je cachais depuis des années, je ne le savais pas. Peut-être parce que d'une certaine manière... Je sentais que si je ne parlais pas maintenant, si je ne me confiais pas à Satan, je n'y parviendrais jamais. Mon orgueil ne me le permettrait pas, il refuserait de me laisser admettre que je ne m'en sortais pas tout seul. Ce qu'il faisait depuis le début, d'ailleurs...

Lorsque j'eus fini de parler, je fermai les yeux, contenant mon angoisse autant que je le pouvais. Sentir sa présence contre moi, me concentrer sur cette sensation de son corps contre le mien. Je ne devais pas montrer ce que je ressentais. Je devais être fort. Au moins jusqu'à sa réponse, jusqu'à ses paroles.

Il allait me rassurer. Il allait prendre soin de moi. Comme toujours. Je ne devais pas avoir peur, je ne devais pas douter de lui. Lui, il ne m'abandonnerait pas. Lui, il resterait toujours à mes côtés. Je n'aurais plus à avoir peur, je pouvais me reposer sur lui... Et si je me trompais... Si tout s'acharnait contre moi au point de me faire à nouveau perdre ma famille... Alors j'accueillerais la mort à bras ouverts.

Alors que le silence nous enveloppait, je sentis quelque chose couler sur mon cou. A peine quelques gouttes, mais... Quelques gouttes de sang. Pourtant, je ne dis rien. Un jour... Un jour, mon Sang n'aurait plus besoin de se faire du mal ainsi pour se calmer, ou pour quoi que ce soit d'autre, d'ailleurs. Un jour... J'en étais persuadé...

Puis virent ses paroles. Comment faisait-il pour trouver à chaque fois les mots justes pour apaiser mon coeur... ? Peut-être parce qu'il était moi, tout comme j'étais lui. Il était ma Colère, mon Fils, mon Sang... Si lui ne m'avait pas compris, personne au monde n'aurait jamais pu me comprendre...

"Jamais je ne pourrai trouver des mots assez forts pour te remercier, mon Sang. Jamais je ne pourrai exprimer tout ce que je ressens pour toi..."

Je levai une main pour caresser doucement son visage et ses joues pendant quelques secondes., une lueur tendre faisant briller le rouge de mes yeux. J'avais... tellement de chance de l'avoir à mes côtés. Il était ce dont j'étais le plus fier, et je doutais pouvoir être un jour plus fier de quelqu'un que je ne l'étais de lui. Il avait la première place dans mon coeur, et ce n'était pas près de changer.

Son sourire fit naître le mien, alors que je penchais légèrement la tête pour appuyer davantage ma joue contre son pouce. J'avais une telle impression de sécurité avec lui... De sérénité... C'était des plus agréable, et j'aurais voulu qu'un tel moment dure pour l'éternité...

"Ne vous en faites pas pour cela ; j'aime vous sentir contre moi. Si vous souhaitez reprendre votre place, faites-le, mais je ne suis pas pressé."

Il était rare que je me laisse aller à mes envies de contact. C'était même bien souvent le contraire, j'aimais à me tenir à l'écart des autres, à marquer ma supériorité par une distance physique... Mais pas avec Satan. Il était bien le seul qui me donnait envie d'abandonner mon orgueil pour me réfugier dans son giron comme un enfant...

Alors je levai la main pour la poser à l'arrière de sa tête, glissant mes doigts fins entre ses longues mèches. J'inclinai la tête pour appuyer son front contre le mien, ne le quittant pas des yeux une seconde. Des mots assez forts pour exprimer ce que je ressentais... Je n'en connaissais pas. Alors j'allais devoir me rabattre sur d'autres mots, que je n'aurais jamais pensé prononcer un jour...

"Je t'aime, Satan. Plus que tout au monde."

Ta présence m'apaise.
Ton sourire me fait sourire.
Ton contact me rend heureux.
Ta perte me fera mourir...



Lucifer vous méprise en firebrick.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 293
Date d'inscription : 13/12/2013
Age : 23
Seigneur et Prince de la Colère
Voir le profil de l'utilisateur




Satan
Seigneur et Prince de la Colère
Lun 9 Juin - 16:40
Je secouais négativement la tête, j'étais loin de vouloir m'éloigner de lui. Je me demandais juste si je le gênais... J'appréciais tant ces marques d'affection rares, je ne voulais pour rien au monde les arrêter. Il joua avec mes cheveux longs et posa son front sur le mien. Il me regarda droit dans les yeux... Et ses mots. Ses mots qui me firent réagir presque instantanément, laissant échapper une espèce de couinement sous le coup de l'émotion. Je me jetais alors à son cou, faisant de mon mieux pour ne pas l'étouffer... Je laissais l'enfant en moi prendre les commandes de mon corps. :

-Moi aussi mon Père ! Moi aussi je vous aime tant !

Je cachais mes rougeurs de bonheur dans son cou, j'attendis qu'elles s'effacent un peu pour le regarder avec un immense sourire. C'était une joie trop immense que même ma Colère ne pouvait cacher. Oui, les Démons ressentent aussi. Qu'importe leur rang, leurs origines... L'on vivait aussi.

Mon sourire s'effaça petit à petit. Je devais retourner travailler... Mais j'étais tellement heureux, tellement apaisé. Aujourd'hui était sans aucun doute, le plus beau jour de ma vie. Je ne voulais plus quitter le Trône... ce nid. Échapper aux cendres, à la chaleur et aux larmes de l'existence, dans des bras, sur un cœur qui bat en même temps que le sien. On ne peut vivre qu'à travers un orgueil ou une colère, au-dessus des humains, nous savons le prix qu'il faut payer pour le mal. Jamais l'on perd notre mémoire, nos souvenirs... Nous payons aussi. Et nous savons ce que nous devons aimer, ce qui a du prix, à qui dire merci, reconnaître les blessures au goût de victoire.

Je pris le visage de Lucifer dans mes immenses mains, embrassa son front et me décida enfin à me lever. Je ne savais pas trop quoi faire, après ça. J'avais l'impression que tout ce que je pourrais dire serait ridicule...

HRP:
 



Satan vous maudit en darkred
Plus:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 65
Date d'inscription : 26/01/2014
Seigneur et Prince de l'Orgueil
Voir le profil de l'utilisateur




Lucifer
Seigneur et Prince de l'Orgueil
Mer 11 Juin - 13:23
Un moment de calme, de calme et de bonheur...
Cela faisait si longtemps...
Pour peu de temps, je n'ai plus peur.
Je suis heureux, pour peu de temps.
Le couinement - du moins, cela y ressemblait furieusement - qui échappa à Satan à mes paroles me fit sourire doucement. Oh, ce n'était pas un sourire moqueur. Certainement pas. Je ne me moquerais jamais de celui qui m'avait rendu la vie, celui qui m'avait permis de me relever alors que tout était perdu... Celui qui était ma plus grande fierté.

Alors je le laissai venir se cacher contre moi - ou se jeter sur moi, mais c'était du pareil au même - continuant à passer ma main dans ses cheveux. Oui, j'étais fier de lui, j'étais heureux de lui avoir donné vie... Même si j'avais perdu mon pouvoir de création. Il était ma plus belle oeuvre, et je savais que je ne ferais jamais rien de mieux que lui. Même si... Son dos...

Je contins un soupir, fermant les yeux et appuyant ma tête contre la sienne. Je ne devais pas penser à cela. Pas maintenant. Il était mon Sang, et j'étais heureux avec lui, ainsi. C'était tout ce qui comptait dans l'immédiat. Nous nous aimions... Et j'aimais son sourire, le sourire de pure joie qu'il m'adressa lorsqu'il se redressa.

J'abaissai les paupières lorsque ses lèvres se posèrent sur mon front, ses mains entourant mon visage. J'aurais voulu que ce moment dure une éternité, pour profiter de la sensation d'apaisement et de sécurité que cela me procurait. Mais ce n'était pas possible, et mon Fils finit par quitter mes genoux. J'eus comme l'impression d'un poing de glace se refermant sur mon coeur. Nous avions rarement de tels moments, et je souffrais que celui-ci soit terminé. Mais c'était normal...

"Tu es mon Sang."

Etais-je ridicule en déclarant ainsi ce qu'il savait fort bien ? Pas à mes yeux. Car cela impliquait beaucoup, et nous le savions tous les deux. Alors je n'ajoutai rien pendant quelques secondes, me contentant de le fixer de mes yeux de sang. Puis je rompis le contact visuel, me levant à mon tour.

"Je suppose que vous devez retourner travailler ? Vous êtes déjà resté plus longtemps qu'à votre habitude, je ne voudrais pas vous faire prendre du retard. Déjà que vous ne vous reposez pas suffisamment..." déclarai-je sur un ton de doux reproche.

J'allais avoir mon bureau à replacer et à ranger, également... Mais ce n'était pas bien grave. Je m'en occuperais plus tard, lorsque Satan serait reparti...

Dis-moi pourquoi...
Pourquoi ne puis-je pas
Juste rester contre toi,
A jamais dans tes bras ?



Lucifer vous méprise en firebrick.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 293
Date d'inscription : 13/12/2013
Age : 23
Seigneur et Prince de la Colère
Voir le profil de l'utilisateur




Satan
Seigneur et Prince de la Colère
Jeu 26 Juin - 0:47
Je me lève donc... Une sensation de fraîcheur m'envahit. Après le contact de nos chairs, je me sentais bien vide et nu. Je croisais les bras, enserrant mon torse... C'était une sensation très désagréable. J'aurais voulu faire demi-tour, me pelotonner encore contre lui et profiter du chaud. J'adorais la chaleur... habituellement, ce n'est pas celle de la chair que j'apprécie le plus, c'est celle des moiteurs estivales, des fours qui brûlent à plus de 200 degrés, des canicules à en crever... Mais celle de Lucifer. Je l'aimais aussi.

Son affirmation me fit sourire doucement. :

-Oui, je vous appartiens de tout mon être. Je suis bien plus que l'enfant qui grandit au creux de sa mère, je suis bien plus que le chien qui aime son maître. Je suis vôtre.

Je m'inclinais à ces mots autant pour le saluer avec tout mon respect que pour appuyer mes paroles. Il se leva à son tour, je ris doucement en l'entendant me gronder légèrement. Je pris alors sa main et embrassa doucement ses phalanges. :

-Ne vous inquiétez pas Père, vous rendre heureux compte tout autant si ce n'est plus que mon travail.

Je dévoilais mes canines encore une fois dans un sourire radieux. Je taisais la partie où effectivement, j'avais rarement l'occasion de me reposer... Mais je n'allais pas souffrir pour quelques heures de sommeil en moins alors que mon Père m'a pris dans mes bras.

Je lui tourne le dos dans un mouvement vif et me dirige vers la porte tout en ouvrant mes ailes membraneuses en grand. La main sur la poignée, je savoure encore l'instant que je venais de passer dans les bras de celui qui comptait le plus au monde. Au bout de quelques secondes de silence, je finis par poser mon regard vert sur Lucifer. :

-Prenez soin de vous mon Père et appelez-moi si vous avez besoin de moi.



Satan vous maudit en darkred
Plus:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 65
Date d'inscription : 26/01/2014
Seigneur et Prince de l'Orgueil
Voir le profil de l'utilisateur




Lucifer
Seigneur et Prince de l'Orgueil
Ven 27 Juin - 13:57
Tu es à moi, et rien qu'à moi.
Pour l'éternité, tu m'appartiens.
Mon Fils, mon Sang... Satan...
Je n'ai rien de plus précieux que toi.
La réponse de Satan à mes paroles fit naître un doux sourire sur mes lèvres. Un sourire de fierté, d'amour et de bonheur. Cette fois... Cette fois, je savais que je pouvais me reposer sur lui, que je pouvais lui faire confiance... Lui, il ne m'abandonnerait pas, n'est-ce pas ? Lui ne me ferait jamais de mal, lui serait toujours là pour moi. Et cette pensée amenait en moi un sentiment de sérénité auquel je n'avais pas goûté depuis longtemps...

"Vous êtes mien," répondis-je simplement, hochant la tête en retour.

Je n'avais pas envie de le laisser partir. Si j'avais pu, je l'aurais retenu, ramené contre moi, pour profiter encore de sa chaleur et de son affection. Mais le moment privilégié où j'avais laissé mon orgueil de côté était terminé, nous le savions l'un comme l'autre. Je lui laissai ma main, mon regard ne le quittant pas une seule seconde.

"Pensez à vous également, mon Fils. Je ne voudrais pas vous voir ruiner votre santé, car pour être heureux, j'ai besoin de vous voir aller bien. Allez, maintenant. Ma pensée vous accompagne."

Mes yeux s'égarèrent sur ses ailes membraneuses pendant quelques secondes. Parfois... Parfois, je les enviais. Moi aussi, j'aurais bien aimé avoir de telles ailes. Des ailes qui ne m'évoquaient pas le Paradis... Mais les choses étaient ce qu'elles étaient, et je devais m'en contenter.

"Je le ferai, mon Sang, n'ayez crainte."

Et il partit. Je frissonnai malgré moi, gagné par une sensation de froid glacial dans mon coeur, à nouveau. Il était devenu si important pour moi... Je restai immobile quelques secondes, puis je me décidai à remettre mon bureau debout et à y rassembler mes papiers. Me remettre à travailler, donc...

Mes yeux te cherchent autour de moi.
Ma main cherche à s'appuyer sur ton bras.
Mon coeur soupire en quête de ta présence.
J'ai juste... besoin de toi.



Lucifer vous méprise en firebrick.
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Tu es de ma Famille [Lucifer & Satan] ~ [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» A quand l'arrestation de Lucifer en personne?
» HAITI YON PARADI OU YON LANFE AVEC R G P POU LUCIFER ????
» DAN X BICHON MALE 2 ANS (SANS FAMILLE 89)
» Dragons et tyranides…Même famille ? (réservé) [Caîn et Koskyo]
» Deux nouveaux amis de la même famille (PV avec nuage de feu)(fini)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Anges Gardiens :: Les Enfers :: Le Couloir de l'Orgueil :: Trône de Lucifer-
Sauter vers: