:: Les Enfers :: Le Couloir de la Colère :: Bureau de Satan Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Confident de Haine [Asura & Satan]~[En cours]

avatar
Messages : 293
Date d'inscription : 13/12/2013
Age : 24
Seigneur et Prince de la Colère
Voir le profil de l'utilisateur




Satan
Seigneur et Prince de la Colère
Lun 19 Mai - 12:22
Assis à mon bureau, je venais de terminer tout le travail qu'il me restait à faire à ce jour. Malheureusement, l'inactivité a toujours été une mauvaise chose chez moi... Dès que je ne bougeais plus, dès que mon esprit n'était plus occupé par mes obligations ou dès que je ne prenais pas un peu de bon temps, je songeais. Et « penser » est une activité trop dangereuse pour la Colère. Mes erreurs et mes sombres désirs envahissaient mon être tandis que je tapotais nerveusement mes doigts sur ma table d'ébène... J'avais une boule au ventre et la gorge serrée.

Je n'arrivais pas à ôter les images de mon... cauchemar... Je devrais pourtant être habitué : les cauchemars habitent chacune de mes nuits. Mais celui-ci m'avait terrifié, bien plus que toutes les autres tortures que m'infligeait mon inconscient à la nuit tombée. Même le cri de mes Damnés ne suffisait plus à apaiser la souffrance qui me tiraillait... Je n'osais pas en parler à mon Sang, Lucifer... Qu'aurait-il pensé de moi ? Aurait-il honte ?... Lui apporterais-je ainsi une solution à sa propre douleur ?...

Mon poing s'éleva pour s'abattre rudement sur mon bureau. Je restais quelques secondes immobiles en proie à une douleur si vive, si perfide, tellement plus insupportable qu'elle n'a rien de physique. Je levais les yeux vers ma porte pour hurler à pleins poumons. :

-MICHELINE !

Ma secrétaire accourut, répondant bien plus à l'appel de ma Voix qu'à mon ordre. Voyant mon état, ses yeux s'écarquillèrent avant de faire une révérence, me signalant qu'elle était toute à mon service. :

-Va me chercher Asura... Maintenant.

Elle repartit à la course, les larmes aux yeux face à la puissance de ma volonté. J'en ressentais un peu de peine, la pauvre ne m'avait rien fait que de m'obéir et elle subissait -un dixième certes mais ça n'en reste pas moins douloureux- ma rage. Oui, le seul fautif c'était moi, mais il fallait que je me défoule un peu... Mes Généraux étaient trop occupés, je ne voulais pas embêter mes Frères avec ça et il ne me restait plus qu'un Démon capable ici-Bas de comprendre ce qui m'habitait. Mon fidèle Lieutenant. J'attendais son arrivée en m'occupant l'esprit de nouvelles tortures à infliger aux Damnés plutôt qu'à moi-même... Histoire de souffrir utile.

Ma secrétaire lui ouvrit la porte et il entra. Je ne le regardais même pas, comme chaque fois que j'étais cet état, je n'avais besoin que d'une chose et cela me faisait haïr ma personne autant que j’exècre l'humanité. Je ne tardais pas à lui tourner le dos. Je ne voulais pas subir son expression lorsqu'il saura ce que je veux de lui. :

-Pose ton arme Asura... dis-je en enfilant mes propres gants.



Satan vous maudit en darkred
Plus:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 31
Date d'inscription : 18/03/2014
Age : 24
Lieutenant de la Colère
Voir le profil de l'utilisateur




Asura
Lieutenant de la Colère
Mar 20 Mai - 12:47
Confident de Haine



J'étais en train de m'exercer dans l'Arène quand je vis la petite Micheline arriver vers moi, complètement affolée et en larmes... Quand la secrétaire personnelle du Seigneur Satan était ainsi, cela ne pouvait dire qu'une seule chose. Il avait ordonné, et pas de la façon la plus douce qu'il soit, et que donc, il était en colère. Je fis une grimace quand je compris que c'était bien moi qu'il appelait dans son bureau, plus par réflexe, car je n'avais rien à me reprocher... J'avais réussi les dernières Missions qui m'avaient été délivrée, mes résultats n'ont pas pu déclencher tout ceci. Je ne pris pas le temps de prendre une douche, autant pour rapidement libérer Micheline de l'emprise de la Voix du Seigneur qui la faisait trembler toute entière, que pour découvrir ce qu'il se passait.

Quand j'entrais dans son bureau, je faillis reculer face à l'imposante aura et l'atmosphère étouffante qui régnait dans la pièce... Je n'en fis rien bien sûr, et m'agenouillais face au Maître, comme d'habitude. :

-Mon Prince...

-Pose ton arme Asura...

Je relevai mes yeux mais il me tournait le dos... Je compris alors le pourquoi de ma présence ici. Avec un sourire sur les lèvres, je posais mon katana dans un coin de la pièce. Quand la Colère souffre, elle n'a qu'un seul moyen de s'exprimer... et bien qu'il me contredira sûrement, Satan avait trop d'amour en lui pour la faire subir à n'importe qui, encore moins à quelqu'un qui ne le comprendrait pas... Alors comme un enfant a besoin de son doudou, Satan a besoin de violence.

Je contournais le bureau pour m'agenouiller de nouveau cette fois bien face à lui. J'attendais patiemment qu'il se décide mais sans le regarder dans les yeux, sachant parfaitement qu'il n'oserait plus si je faisais cela. J'essayais de me rappeler de la dernière fois qu'il m'avait demandé d'être son punching-ball...



Asura vous tente en #16268B
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 293
Date d'inscription : 13/12/2013
Age : 24
Seigneur et Prince de la Colère
Voir le profil de l'utilisateur




Satan
Seigneur et Prince de la Colère
Mar 20 Mai - 17:23
J'entendis le cliquètement de son arme se dégageant de sa ceinture, le bruit de ses pas se déplacer dans la pièce puis vers moi. Quand il entra dans mon champs de vision, il avait la tête baissée, ses cheveux couvraient l'expression de son regard... Ce brave petit. Il savait déjà ce qui l'attendait. Il se mit à genou devant moi et attendit patiemment... D'un doigt couvert de métal je caressais sa joue. Une peau blanche abîmée par tant de combats, brûlante de passion m'attendait. J'examinais cette peau encore couverte de sueurs, il revenait sans doute de l'Arène tel que je le connais. Mon index glissa de sa joue à son cou. Je voyais son artère pulser de plus en plus vite, de plus en plus fort... Le sang qui s'agitait à l'intérieur me faisait envie...

Subitement, je m'emparais de son cou, me leva et étrangla le Démon. Si fragile... Je l'entendais étouffer, je sentais les muscles de sa gorge s'agiter même au travers de mon gant. Il n'était qu'une petite fourmi comparé à moi... Il fallait que je le pense fourmi... Je le balançais contre l'une de mes étagères qui s'effondra. Je ne pensais pas une seule seconde que j'allais devoir tout ranger après, j'étais... comme absent, guidé par mon instinct primaire, mon péché, ma peine. Je vis le dos de mon Lieutenant se contracter de douleur alors qu'il essayait de se relever. Je m'abaissais pour l'attraper à la nuque, le forçant à se mettre à genou alors que je le dominais, derrière lui. Je me penchai vers ce cou qui m'appelait et j'y plantais mes canines.

Asura hurla tandis que je lui arrachais une bonne partie des muscle de son épaule droite... Non, je n'étais pas un vampire, je n'absorbais rien de ceux que je traitais comme des déchets. Je préfère dépecer, découper et arracher... Pourquoi croyez-vous que les Damnés de la Colère subissent le démembrement ?... Parce que c'est le désir qui les habite à chaque fois que la haine devient trop forte : déchirer les autres. D'ailleurs c'est ce que je fis, je pris le bras gauche d'Asura pour le lui arracher d'un geste vif. Son cri devint plus fort encore, il me fit trembler de plaisir. Je le jetais au sol et revint m'asseoir à mon bureau.

C'était tout... Il valait mieux que j'en reste là. Mon Lieutenant m'avait donné ce que je voulais, j'allais bien maintenant... Si j'allais plus loin, je risquais de le tuer ce que je ne souhaitais pas du tout. J'avais besoin de lui, plus qu'en simple souffre-douleur, surtout en ami. Je pris une grande inspiration... Mon aura disparut et je retrouvai un peu de sérénité... Je posais un regard plus paternel sur celui que j'avais fait souffrir et ouvrit mes bras. :

-Viens...

Je savais bien que je lui en demandais beaucoup, il devait se relever et se déplacer vers moi alors qu'il lui manquait une épaule et un bras entier. Mais il savait que je désirais savoir si je lui faisais peur... S'il me considérait encore digne de confiance pour avancer vers moi sans crainte.



Satan vous maudit en darkred
Plus:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 31
Date d'inscription : 18/03/2014
Age : 24
Lieutenant de la Colère
Voir le profil de l'utilisateur




Asura
Lieutenant de la Colère
Mar 27 Mai - 10:47
Quand son gant de métal entra en contact avec ma joue, un frisson se déplaça le long de mon dos. C'était quelque chose de se dire que l'un des Seigneurs me touchait comme cela... C'était un honneur pour moi vu que j'étais fondu de respect pour Satan. Mais je n'en montrais rien évidement, car ce respect m'empêchait aussi de croire, d’espérer quoi que ce soit. Je le sentais glisser vers ma gorge et une légère panique s'empara de mon corps... Qu'allait-il me faire ? J'étais partagé entres mes désirs et la peur à ce moment, mon cœur s'emballa tandis que j’espérais qu'il ne voyait rien de tout ça en moi.

Puis il m'étrangla, d'un coup, je n'avais même pas perçu un seul mouvement, aucune intention ne se dégageant de lui. Le visage inexpressif, il pressa ses doigts froids d'acier sur ma gorge. Je luttais par réflexe, car je savais que mon Maître aimait entendre une réponse à ses traitements. Mais j'étais loin d'être à fond, bien loin... Je me débattais pour me libérer, non pas pour faire du mal à mon assaillant.

Encore une fois sans m'y attendre, il me lança aussi facilement qu'on se débarrasse d'un mouchoir et je percutais une étagère qui m'accompagna dans ma chute. En rencontrant le meuble, je sentis une côte se fêler. Un éclair de douleur parcourut mon corps mais ne criait pas encore, je suis pas une chochotte quand même. Je vis des centaines de feuilles s'éparpiller autour de moi... Encore un peu sonné, je tentais de me relever... Mais Satan m'en empêcha, me redressant seulement pour que je sois à genou.

Il était là, derrière moi... dans toute sa splendeur. En jetant un coup d’œil par-dessus mon épaule, je vis ses yeux verts me transpercer l'âme avec une puissance sans nom. Ma mâchoire trembla alors que je tentais de dire quelque chose, mais ma voix était muette. J'étais en admiration devant ces yeux... On y lisait une haine tellement grandiose que je ne pourrai la décrire... La Colère de centaines de millions d'humanités dans un seul corps... Et encore cela est bien trop faible.

Puis une douleur vive s'empara de moi, me ramenant à la réalité. Satan avait planté ses dents dans ma chair et il la déchirait... J'hurlais. Des étoiles dansèrent devant moi, je jonglais entre la souffrance claire et la noirceur de la fatigue. J'étais au bord du gouffre quand je sentis mon bras disparaître, parti aussi simplement qu'un nouveau né arraché à sa mère. Mon Maître me lâcha et je m'effondrais. Étalé au sol, je ne luttais plus que pour une chose.... rester conscient.

Satan m'appela enfin après un long moment d'attente... Je me redressais difficilement, l'évanouissement me guettait... Je fis un pas, puis deux... Je tangue, je trébuche, je tombe comme une loque devant mon Seigneur et lui sourit en voyant son visage apaisé. :

-Me voilà Maître. dis-je avec une voix rauque.



Asura vous tente en #16268B
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 293
Date d'inscription : 13/12/2013
Age : 24
Seigneur et Prince de la Colère
Voir le profil de l'utilisateur




Satan
Seigneur et Prince de la Colère
Dim 1 Juin - 2:40
Rarement, durant ma longue vie, j'avais accordé ma confiance à quelqu'un. Je connaissais que trop bien la trahison. Combien de fois avais-je du remettre à sa place un de mes propres Généraux ? Combien de fois avais-je du déchiqueter des Démons que je considérais comme ma famille ?... Trop pour moi. Mais toutes ces souffrances, j'arrivais à les surmonter par la présence des quelques uns fidèles ; mes Frères évidement, et donc Asura... Le Lieutenant avec lequel je m'autorisais à laisser aller ma rage. Cela peut paraître terrible, mais c'était bel et bien une des façons dont je montrais mon amitié.

Certes je ne ressentais rien en le voyant souffrir, en le voyant se débattre avec l'inconscience... Mais j'en ressentais mille fois plus en le voyant arriver vers moi, décidé bien que mortellement blessé. Il tombe à mes genoux et je souris en attendant sa voix déformée par la douleur. Je n'aime pas quand il m'appelle "Maître", car je ne le suis pas et qu'il a bien d'autres moyens de me montrer qu'il tient à moi... Mais je lui laisse l'occasion de le découvrir par lui-même. Je lui fais confiance et j'ai encore quelques éternités devant moi pour le voir évoluer encore et encore.

Je me penche et le saisis à la taille. Doucement, tout en faisant attention de ne pas appuyer sur sa côte blessée, je l'assois sur moi et le colle à mon torse. Il est si petit que sa tête se cale sous mon menton. :

-Là, je vais te soigner.

Tentant toujours de faire preuve de délicatesse, je laisse s'échapper quelques flammes de mon être. Avec une lenteur étudiée, elle glisse de mes mains encore ensanglantées jusqu'à la peau d'Asura. Elles longent ses côtes, pénètrent son organisme pour réparer les dégâts que j'avais causé. Je restais délicat pour que tout se fasse en douceur, même la récupération complète de son bras. Ça promettait d'être long, mais je lui devais bien ça. :

-Ne bouge pas, je dois me concentrer pour ne pas que tu aies mal... ...et ne m'appelle pas Maître !

J'avais dit cette dernière phrase avec un peu trop d'autorité mais qu'importe, là, il ne devait plus bouger.

En attendant, je jouais avec ses cheveux d'ébène qui me rappelaient un peu les miens... Cette remarque me fit sourire ; il aurait été marrant qu'il soit mon fils, mais à part les cheveux, nous n'avions rien en commun physiquement. Jusqu'à son teint frais de jeune Démon, moi je n'avais plus que de sales cernes qui se dessinaient sous mes yeux verts, à cause de mon travail et du manque de sommeil.

En songeant au travail, je pensais à ses derniers résultats en Mission, très satisfaisants. Pourtant, il me semblait ne pas avoir vu son nom dans les fichiers récemment. :

-Dis-moi Asura... Cela fait un moment que tu n'es pas parti en Mission, je me trompe ?

Je cherchais nullement à savoir s'il abandonnait son travail, mais j'occupais le temps qu'il nous restait tout en m'inquiétant pour lui. Après tout "la souffrance des Damnés passe par le bonheur de nos Démons" et il n'y avait pas d'expression infernale plus juste que celle-ci. Et comme les beaux jours titillent les sens (et les vices) des Humains, j'avais eu beaucoup de boulot au bureau, pas assez dans mon Couloir à vérifier l'état des lieux auprès de mes Généraux.

Oui, je comptais beaucoup sur Asura... Je le connaissais pour être aussi efficace que moi et pour être puissant malgré son origine humaine. Je décompressais en le frappant, je l'appelais souvent pour avoir des comptes-rendus sur tout et même parfois des sujets auxquels il n'est lié aucunement. Il comptait parmi les meilleurs sur le terrain, tous les Couloirs confondus. Il était une perle qu'il me souffrirait de perdre.

HRP:
 



Satan vous maudit en darkred
Plus:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 31
Date d'inscription : 18/03/2014
Age : 24
Lieutenant de la Colère
Voir le profil de l'utilisateur




Asura
Lieutenant de la Colère
Dim 8 Juin - 14:57
Satan me prit dans ses bras avec une douceur calculée. Je fis mine de ne pas ressentir la douleur qui me tenaillait chaque fois que je bougeais ; elle avait le mérite de me tenir éveillé. Il ramena mes hanches vers lui pour me coller à son torse... Autant de proximité ne pouvait que me faire rougir. Heureusement que je pouvais cacher ça en me plaçant sous son menton. Sa voix était pleine de tendresse quand il me dit qu'il allait me soigner. Je sus à cet instant que j'avais correctement fait mon travail, il allait mieux ou du moins, son esprit n'était plus habité par les tourments.

Je frissonnais quand les flammes glissèrent sur ma peau. Pour un Damné, elles sont douloureuses, terribles... Mais comme désormais j'étais un Démon, forgé par ce feu, elles me chatouillaient en réparant mon corps. J'obéissais à mon Prince, laissant faire les langues de chaleur envahir jusqu'à mes pores. Je souris en entendant son ton agacé, comme à chaque fois que je l'appelais Maître.

Je me tétanisais en le sentant jouer avec mes cheveux. Je me doutais que par ce geste il ne faisait que passer le temps, mais mes entrailles se contractèrent... J'étais dans les bras de mon Dieu, il me soignait avec sa chaleur, il jouait avec ma tignasse indomptable. Si je pouvais, j'en pleurerais de joie. Au lieu de ça, je fermais les yeux fixant la peau mate tatouée de mon Maître, posant ma joue sur sa peau dure et sèche.

J'aurais voulu en profiter, mais Satan me questionna, bien évidement pour parler de travail. :

-Oui... Il y a beaucoup de travail dans les Couloirs. Mais dès que j'en aurais l'occasion, j'y retournerai. J'ai hâte...

J'adorais mon travail, je l'aimais autant que mon Prince. Pourtant, je savais que je n'avais pas non plus le droit de passer tout mon temps sur Terre, que j'avais aussi des obligation dans mon Couloir. :

-Et puis, vous seriez malheureux sans moi non ?

Je me décollais légèrement du corps enflammé, un sourire enfantin aux lèvres. J'avais presque récupéré mon bras, je n'avais plus si mal... J'avais une faim de loup, ce qui était rassurant. Je ne savais pas si je manquais de respect à Satan en disant cela, mais une partie de moi savait que j'avais raison. J'étais l'un des rares Démons auquel il pouvait se confier sans que je ne lui demande aucune explication.



Asura vous tente en #16268B
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Confident de Haine [Asura & Satan]~[En cours]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Asura Jigoku (en cours
» KOUMAN HAINE TI PE A FE MARC HENRY E SAL DI SOU NEPTUNE...
» cours de latin
» Cours informatique
» Amphi pour les cours de Ninjutsu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Anges Gardiens :: Les Enfers :: Le Couloir de la Colère :: Bureau de Satan-
Sauter vers: