AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez| .

Matthew Smith - What don’t kill you makes you more strong [|Finie|]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Matthew Smith
Colère & Prudence


avatarColère & Prudence

Messages : 34
Date d'inscription : 01/02/2014
Age : 20

MessageSujet: Matthew Smith - What don’t kill you makes you more strong [|Finie|] Dim 2 Fév - 0:16



Présentation de Matthew Smith

Terre



Données identitaires :

Nom : Smith
Prénom : Matthew
Age : 23 ans
Sexe : H
Orientation sexuelle : Bisexuelle
Ville : Londres
Profession : Gangster


Description Physique


Je m’étire en bâillant, et me lève finalement pour me diriger vers mon armoire. J’y prends une chemise blanche et un simple jean pour les enfiler, avant de faire face à mon miroir. J’y croise mon regard brun, et j’adresse un sourire charmeur à mon reflet.

Je ne cherche pas à paraître plus que je ne suis. Et pour cause, je suis pas mal. Pas mal du tout, même. J’ai un visage fin, aux contours nets, un port presque altier qu’un noble pourrait m’envier. Ma peau n’est ni pâle ni bronzée, à mi-chemin entre les deux. Mes cheveux sont courts, mais mes mèches blondes viennent chatouiller ma nuque. Un coup de peigne, et je chasse les rebelles de mon front pour le dégager.

Puis je boutonne ma chemise sur mon torse musclé. Ça, c’est le résultat d’un peu d’exercice chaque jour. Je vais même parfois faire un petit footing. Il vaut mieux rester endurant et savoir courir vite, dans ma profession. Et tant qu’à faire, savoir aussi se défendre par soi-même. On n’est jamais trop prudent. Pourtant, mes muscles ne sont pas trop marqués ; cela me donne un côté assez fin, sans être une quille non plus.

Je passe dans mon col un ruban rouge, avant de le nouer. Non, ce n’est ni une cravate, ni un nœud papillon, mais il est plutôt classe. Et il me rend classe. Je souris à nouveau, satisfais, et je vais enfiler mes chaussures et ma veste. Bien sûr, je ne sors jamais sans mes lunettes de soleil. Non, même la nuit, je ne les enlève pas ; tant qu’il y a de la lumière, je les garde lorsque je sors. D’ailleurs, je ferme mon appartement pour m’engager dans la rue. Je sors mon briquet, et m’allume une cigarette, en tirant une bouffée avant de me mettre en route. Il ne faudrait pas que je sois en retard. J’ai du rêve à vendre, moi.

Description Mentale


Se décrire ? Oui, je soupire. Je n’ai pas pour habitude de me confier au premier venu. D’ailleurs, je suis d’un naturel méfiant. Prudence est mère de sûreté. Vous n’en avez jamais entendu parler ? Bon, puisque je suis lancé, je peux bien faire une exception.

Oui, prudent, donc. Avec tout et tout le monde. Je n’accorde pas ma confiance facilement, et je fais tout pour parer à toute éventualité. J’ai même développé une certaine capacité d’adaptation. J’aime à être capable de maîtriser la situation, quelle qu’elle fût. Je suis brillant, et je le sais. Je suis infaillible.

Gare à vous si vous me contredisez, ou si vous faites échouer mes plans. Là, je peux devenir très effrayant, même violent envers vous, peu importe qui vous êtes. Je suis infaillible, vous n’avez pas à mettre ma parole en doute ou me mettre des bâtons dans les roues. Vous le regretteriez.

Oui, j’ai le sang chaud. Je ne supporte pas l’échec. C’est pourquoi je suis vif, que ce soit de corps ou d’esprit. Je suis dur, strict aussi bien avec les autres qu’avec moi-même. Je suis même un peu brusque dans mes rapports avec les autres. Ceux qui me connaissent savent qu’il ne faut pas me chercher.

Hm ? Ce ne sont que des défauts ? Ne m’avez-vous pas écouté ? Il est dangereux de me chercher. Ne croyez pas que je n’aie que des défauts, je suis tout de même prudent, je vous l’ai dit. Ça, c’est une qualité. Mais sinon, qui me connaît peut me trouver sympathique, n’allez pas croire que je sois totalement fermé sur moi-même. Je suis juste prudent.

Histoire


Mon histoire ? Est-il nécessaire de s’embarrasser avec de telles broutilles ? Enfin, si vous souhaitez vraiment en apprendre plus sur moi… Je suis d’humeur magnanime, aujourd’hui.

Bref. Je suis né dans cette si belle ville qu’est Londres. Quant à savoir si je l’aime ou je la hais… Les deux à la fois, peut-être ? J’y suis né, j’y ai grandi, et j’y vis toujours. Mais je ne peux parler de mon enfance sans évoquer mes parents. Comment se sont-ils rencontrés ? Ils ne me l’ont jamais dit. Et j’ai fini par ne plus poser la question. En tout cas, ils se sont suffisamment aimés pour m’avoir. Ou alors, je n’étais qu’un prétexte pour empêcher ma mère de partir. Là aussi, c’est flou pour moi, même si j’ai tendance à penser au prétexte.

Ils n’étaient pas mariés. Oh, ils s’occupaient bien de moi. J’avais tout ce qu’il me fallait. J’étais fils unique, et nous ne manquions de rien, alors j’étais un peu gâté. Je grandis dans le confort et non dans le besoin. Mais des preuves d’amour entre mes parents… Je n’en voyais que peu, et plus le temps passait, moins il y en avait.

Puis, un jour, peu après mes sept ans, je retrouvais ma mère dans l’entrée. Mon père parlait avec elle, et le ton montait. Je remarquais alors sa valise, ainsi qu’un sac qu’elle tenait à la main. Je refusais de comprendre jusqu’à ce que j’entende mon père lui dire qu’elle ne pouvait pas "partir comme ça". Elle partait. Pourquoi ? Quand allait-elle revenir ? Je relevais les yeux vers elle lorsqu’elle s’approcha de moi. Elle m’étreignit, mais je restais sans réagir.

« Je suis désolée, mon cœur. Maman s’en va, mais tu vas rester fort, pour me faire plaisir. D’accord ? »

Puis elle s’écarta de moi, me laissant tétanisé et en larmes. Elle partait ? Vraiment ? Je ne comprenais pas. Pourquoi ?  Avais-je fait quelque chose de mal ? J’étais tellement choqué que je ne pouvais que la regarder s’éloigner. Mon père tenta de la retenir, et lui attrapa le poignet alors qu’elle ouvrait la porte ; elle le gifla et s’en alla promptement. Je ne la revis plus jamais.

À partir de ce jour, vous devez vous en douter, plus rien ne fut comme avant. Mon père devint plus distant, et s’enferma dans une sorte d’apathie. Nous ne nous parlions quasiment plus, même s’il continuait à s’occuper de moi. Oh, assez sommairement, il me donnait mes repas, m’achetait des vêtements… Mais il n’y avait plus d’affection dans ses gestes. Alors je changeais, doucement… Je devenais un peu plus "rebelle", me disaient mes instituteurs. Peut-être. Quelques bêtises me sortaient de ma réserve habituelle.

***
Je grandis et continuais à me comporter en mauvais garçon. Je pouvais hurler sur mon père lorsqu'il laissait la nourriture brûler, ou lorsque le linge n'était pas lavé, sans qu'il ne réagisse. Il n’y avait personne pour me gronder et me remettre dans ce qu’ils se plaisaient tous à appeler "le droit chemin". Et pourtant, je me montrais plus prudent ; je me faisais rarement attraper.

C’est vers mes quinze ans que je rencontrais Dean. J’avais piégé la chaise de notre professeur en y retirant quelques vis ; lorsqu’il s’y était assis, elle s’était cassée, et les rires avaient fusé. Rouge de honte, le professeur avait cherché le coupable, mais j’étais bien trop prudent pour me faire voir du corps enseignant, et il n’y avait aucun délateur dans ma classe : je m’en tirais sans qu’il ne connaisse le coupable. Le cours se déroula sans encombre, et je me fis rattraper par Dean en sortant.

« Va falloir que tu me donnes ton truc. J'ai tendance à toujours me faire choper, moi ! »

Je souris, et pour une fois, laissais quelqu’un m’approcher.

« Je préfère garder mes secrets pour moi. Mais qui sait, si je parviens à te faire confiance… »

Oh, je ne le laissais m’approcher que petit à petit, mais je le laissais tout de même devenir un peu proche de moi. Nous nous alliions parfois pour faire les quatre cent coups. C’était devenu un ami. Même si je me parais à une éventuelle trahison. Ma propre mère était partie en m’abandonnant, pourquoi un ami ne pourrait-il pas en faire de même ?

***
Mais Dean resta fidèlement à mes côtés, aussi fidèle puisse-t-il être. Et il vint un jour où il m’avoua être lié à une affaire de trafic de drogues. Nous avions alors dix-neuf ans. Il alla même jusqu’à me proposer de faire partie de leur groupe. Ils avaient besoin de moi, me disait-il. Ils avaient besoin de mes idées. J’étais brillant, et c’était bien pour cela qu’ils me voulaient.

C’est ainsi que je finis par devenir dealer. Je prenais peu à peu de l’importance ; c’était moi qui mettais au point quelques plans. Ma prudence nous évita pas mal de problèmes, d’ailleurs. Je me rendais indispensable. J’étais un génie. Et ceux qui ne le savaient pas déjà apprirent qu’il ne fallait pas me contredire.

Maintenant ? J’ai vingt-trois ans et des poussières. Et toujours mêlé à la drogue. Ce n’est pas mon père qui va m’empêcher de continuer ; non seulement il n’en sait rien, mais il se fiche de ce que je peux faire. D’ailleurs, j’ai mon propre appartement, maintenant. Le seul lien qui nous unit encore est le fait qu’il me donne de l’argent pour payer mon loyer. Mais là encore, il ignore que j’ai suffisamment de billets pour me passer de lui… Ce n’est pas non plus ma mère qui pourrait s’en mêler ; j’ignore même si elle est toujours en vie.

Mais je ne me soucie plus de mes parents. Pourquoi le devrais-je ? L’un d’eux m’a abandonné, et l’autre ne m’est plus utile qu’à me fournir de l’argent. Je suis un adulte indépendant, maintenant. Et ma position me convient parfaitement.

Peut-être me verrez-vous. Peut-être vous effraierais-je en m’énervant. Peut-être vous séduirais-je. Peut-être me reverrez-vous. Après tout, je vends du rêve en cachets.


Derrière votre écran...


Je veux en savoir plus sur toi !

Prénom / Surnom : Panda, ou Sushi ! Ou encore Marion. \o
Age : 17 ans.
Expériences RP :  Waaah. Je Rp depuis 2010. Et j’ai beauuuuuucoup progressé. °°
Comment avez-vous trouvé ce forum ? : Par partenariat. Bonjour les copains ! :3 … Et pis y’a eu corruption, monsieur l’Juge !
Code réglementaire : VALIDE





Plus ? :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Satan
Seigneur et Prince de la Colère


avatarSeigneur et Prince de la Colère

Messages : 293
Date d'inscription : 13/12/2013
Age : 23

MessageSujet: Re: Matthew Smith - What don’t kill you makes you more strong [|Finie|] Dim 2 Fév - 17:56

Bienvenue sur Anges Gardiens !!

Ta fiche est très bien, l'Histoire est bien trouvée ! J'ai hâte de voir ce qu'il va donner IRP ce p'tit Matiou :3 ! Et pis comment ça corruption, je connais pas ce mot (dit Satan) hanhaan...
Donc voilà, c'est validé !



Satan vous maudit en darkred
Plus:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Matthew Smith - What don’t kill you makes you more strong [|Finie|]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» what doesn't kill you makes you stronger
» What does not kill me makes me stronger - Hippo
» Kara ❧ what doesn't kill you make you stronger.
» What doesn't kill you makes you stronger. [Jayce]
» Hallie Halloway | Fiche Achevée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Anges Gardiens :: Gestion :: Fiches de Présentation :: Fiches Validées-